La BCE, qui reste accommodante, discutera du QE cet automne

par Balazs Koranyi et Francesco Canepa
Partager
La BCE, qui reste accommodante, discutera du QE cet automne
La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas touché à ses taux directeurs jeudi, comme on s'y attendait, laissant même la porte ouverte à une augmentation des rachats d'actifs si la conjoncture se dégradait. Après avoir évoqué la perspective d'un tour de vis le mois dernier, le président Mario Draghi a signalé que tout changement n'interviendrait que progressivement. /Photo prise le 20 juillet 2017/REUTERS/Ralph Orlowski

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas touché à ses taux directeurs jeudi, comme on s'y attendait, laissant même la porte ouverte à une augmentation des rachats d'actifs si la conjoncture se dégradait.

Après avoir évoqué la perspective d'un tour de vis le mois dernier, le président Mario Draghi a signalé que tout changement n'interviendrait que progressivement, préparant le terrain à une possible discussion en septembre concernant le très attendu dénouement progressif du programme de rachat d'actifs.

"Nous devons être tenaces et patients parce que nous n'y sommes pas encore, et aussi prudents", a dit Draghi lors de sa traditionnelle conférence de presse suivant la décision monétaire de l'institut d'émission.

Draghi a souligné que le conseil des gouverneurs avait été unanime à la fois sur la décision de ne pas modifier le pilotage des anticipations et sur celle de ne pas définir de date précise pour ce qui est de discuter des changements à apporter à la politique monétaire à l'avenir, se contentant de dire qu'une telle discussion devrait avoir lieu cet automne.

Dans la mesure où l'économie de la zone euro est en croissance depuis 17 trimestres d'affilée, une série inédite depuis la crise financière internationale, on peut penser que la BCE envisage à tout le moins de mettre la pédale douce après avoir imprimé près de 2.000 milliards d'euros pour relancer la croissance.

L'euro et les rendements obligataires européens ont dans un premier temps reculé après la déclaration introductive de la banque centrale. Mais à mesure que Draghi s'exprimait, l'euro est remonté au-dessus de 1,15 dollar et les rendements obligataires de la zone euro se sont redressés, surtout après ses déclarations sur l'échéance automnale des discussions du "tapering".

Pour ce qui est des taux, le taux de refinancement reste à 0,00%, le taux de facilité de dépôt à -0,40% et le taux de prêt marginal à 0,25%. Les rachats d'actifs mensuels se maintiennent à un montant de 60 milliards d'euros.

"Si les perspectives deviennent moins favorables ou si les conditions financières deviennent incompatibles avec tout nouveau progrès vers un ajustement régulier de la trajectoire d'inflation, le Conseil des gouverneurs se tient prêt à augmenter le programme en taille et/ou en durée", a expliqué l'institut d'émission.

Draghi avait dopé l'euro et les rendements obligataires le mois dernier lorsqu'il avait dit qu'une meilleure croissance constituait par elle-même un élément accommodant et que de ce fait la BCE resserrerait sa propre politique monétaire pour laisser le niveau d'accommodation globalement intact.

L'euro a gagné plus de 3% et le rendement du Bund à 10 ans a doublé depuis lors. La hausse de 11% de l'euro cette année freine l'inflation de facto, accentuant l'effet d'une baisse de plus de 10% des prix pétroliers.

"Dans la mesure où l'inflation sous-jacente reste timide, la BCE préfèrera sans doute jouer la prudence, c'est-à-dire agir plus lentement que beaucoup d'observateurs ne le croient plutôt que plus rapidement", observe Holger Schmieding (Berenberg).

Mais la BCE ne peut attendre indéfiniment dans la mesure où son programme de rachat d'actifs ne doit durer que jusqu'à la fin de l'année et que ses responsables affirment qu'une décision quant à le prolonger ou au contraire le dénouer peu à peu doit intervenir en septembre ou en octobre.

Des responsables de l'institut d'émission avaient dit à Reuters qu'ils ne voulaient ni fixer de date d'arrêt aux rachats d'actifs ni établir un calendrier du "tapering" pour éviter que les marchés ne croient que les choses étaient définitivement arrêtées.

Le plus gros souci de la BCE réside dans le découplage apparent entre l'inflation et la croissance.

Rachetant de la dette souveraine et corporate depuis des années, la banque centrale est parvenue à relancer la croissance et la zone euro et arrive à créer plus d'emplois qu'on ne l'aurait cru.

Mais la croissance des salaires reste médiocre, ce qui brime une inflation bien partie pour rater l'objectif de la BCE, un taux d'un petit peu moins de 2%, jusqu'en 2019 au moins. Cela implique que la politique monétaire ultra-accommodante de l'établissement a encore quelques années devant elle.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS