La BCE inquiète de l'euro fort, du risque de guerre commerciale

FRANCFORT (Reuters) - Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), lors de sa réunion de mars, a exprimé ses inquiétudes liées au risque d'une guerre commerciale avec les Etats-Unis et de l'impact négatif que pourrait avoir la fermeté de l'euro, montre le compte rendu de cette réunion publié jeudi.
Partager
La BCE inquiète de l'euro fort, du risque de guerre commerciale
Le conseil des gouverneurs de la BCE, lors de sa réunion de mars, a exprimé ses inquiétudes liées au risque d'une guerre commerciale avec les Etats-Unis et de l'impact négatif que pourrait avoir la fermeté de l'euro, montre le compte rendu de cette réunion publié jeudi. /Photo d'archives/REUTERS/Tony Gentile

Après cinq années de croissance continue dans la zone euro, les responsables de la BCE cherchent la meilleure façon de sevrer progressivement le bloc de sa politique d'argent facile et de préparer les investisseurs à une normalisation de la politique monétaire dix ans après la crise financière.

La BCE a jusqu'ici avancé par paliers pour réduire son programme de soutien à la croissance. En mars, elle a renoncé à son engagement à augmenter si nécessaire le montant mensuel de ses rachats d'actifs, un petit pas symbolique vers l'arrêt de cette mesure non conventionnelle d'ici fin 2018.

Alors que l'appréciation de l'euro ces derniers mois, due en partie aux inquiétudes face au protectionnisme des Etats-Unis, n'a pas affecté sensiblement la demande, les responsables de la politique monétaire ont qualifié les taux de change de "source importante" d'incertitude, certains d'entre eux prédisant un impact plus négatif sur l'inflation.

"Il a été noté que les récents mouvements sur le taux de change de l'euro semblaient être liés davantage aux chocs de politique monétaire, y compris dans la communication, et moins aux améliorations des perspectives macroéconomiques", apprend-on dans les minutes. "Cela suggère que l'on pourrait s'attendre ce que l'appréciation du taux de change pourrait avoir un impact plus négatif sur l'inflation."

Les investisseurs se demandent dans quelle mesure la sortie soigneusement préparée par la BCE de sa politique ultra-accommodante risque d'être sabotée par la menace d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, même si les responsables de la BCE ont jusqu'à présent minimisé ce risque.

"Il y avait (à la réunion du 8 mars) une crainte largement partagée que le risque de conflits commerciaux, dont on pourrait s'attendre à ce qu'ils aient un impact négatif sur l'activité dans tous les pays concernés, se soit accru", a dit la BCE. "L'attention a également été attirée sur le risque de l'apparition d'effets négatifs sur la confiance."

Lancé il y a trois ans, le programme de rachat d'obligations de la BCE a fait baisser les coûts d'emprunt, relancé la croissance et contribué à prévenir tout risque de déflation.

Mais l'inflation, dont la maîtrise est l'objectif principal de la BCE, est restée faible et devrait demeurer inférieure à l'objectif de près de 2% de la banque centrale dans les années à venir, une menace pour sa crédibilité.

Mais les responsables de la politique monétaire soulignent qu'avec des capacités de production inutilisées largement épuisées dans le contexte de croissance soutenue, une reprise de l'inflation n'est qu'une question de temps, ce qui doit permettre à la BCE de réduire son programme de soutien à la croissance et d'attendre une accélération de la hausse des prix.

"La confiance accrue appelle à un ajustement progressif de la communication du conseil des gouverneurs, comme le montrent les comptes rendus", a dit la BCE.

Une fois que les rachats d'obligations auront pris fin, les investisseurs tourneront leur attention vers les taux d'intérêt, la BCE ayant dit qu'ils resteraient inchangés "bien au-delà" de la fin du programme de rachats d'actifs, un calendrier flou qui, selon les anticipations du marché, pourrait signifier six mois.

L'euro et les rendements des emprunts d'Etat de la zone euro se sont orientés à la baisse après la publication du compte rendu. La monnaie unique cédait 0,4% face au dollar à 1,2320 contre 1,2365 quelques minutes avant, et le rendement du Bund allemand à dix ans est repassé brièvement sous le taux de 0,5% contre 0,516% avant le compte rendu.

(Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le service français, avec Marc Angrand, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

DATE DE REPONSE 22/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS