Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

La bataille de Poclain Hydraulics pour attirer les talents

Publié le

Les entreprises citées

En 1930, Georges Bataille reprend une société de réparation mécanique agricole et la baptise Ateliers de Poclain. Installée dans une ferme, face à une mare utilisée pour le rouissage du lin – en patois picard « poque à lin » –, elle est l’embryon de l’entreprise qui va révolutionner, en 1950, les travaux publics avec la pelle hydraulique. En 1974, pour résister au choc pétrolier, Poclain s’adosse au groupe américain Case. Ce dernier évince de la gouvernance la famille Bataille… qui reprend en 1985 la filiale hydraulique. Devenue Poclain Hydraulics, elle se consacre au développement de cette filiale. Mission accomplie. Désormais l’entreprise, dont le siège social est situé à Compiègne, règne sur le domaine des transmissions hydrostatiques. Elle réalise depuis 1994 des moteurs complets et fournit divers engins de chantier. De 40 millions d’euros en 1985, le chiffre d’affaires est passé à 270 millions en 2012, dont 80% sont réalisés à l’international. Et il devrait atteindre 500 millions d’euros en 2017. Près de 2 000 salariés, dont 600 travaillent en France, constituent une richesse qu’elle s’attache à faire fructifier au travers de la formation. Premier champ d’action : pour pallier l’absence de diplômes proches des métiers de l’hydraulique, l’entreprise a créé une chaire en collaboration avec l’université technologique de Compiègne (UTC) et le Centre technique de mécanique (Cetim) de Senlis. Pour qualifier une vingtaine de jeunes, l’entreprise débourse annuellement 2 millions d’euros. Second champ d’action : Poclain Hydraulics cultive son attractivité en proposant à ses salariés une gamme de formation à la demande autour des métiers principaux comme ingénieur d’application, acheteur ou responsable méthodes. Doublée d’une cartographie des besoins du groupe, elle facilite la construction des carrières. Pour bénéficier de cette démarche de mobilité interne, les collaborateurs passent une évaluation puis choisissent eux-mêmes leur objectif. Ce processus est d’une grande efficacité pour le groupe qui, en permettant à chacun de tracer le chemin de son évolution professionnelle, attire les talents, sait les conserver et capitaliser sur leur motivation.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle