L'Usine Maroc

La Banque mondiale accorde un nouveau prêt de 200 millions de dollars au Maroc pour appuyer ses réformes

Publié le

La Banque mondiale a octroyé un prêt de 200 millions de dollars au Maroc dans le but d'apporter son soutien au programme de réformes engagées en faveur d’une gouvernance inclusive.

La Banque mondiale accorde un nouveau prêt de 200 millions de dollars au Maroc pour appuyer ses réformes © banquemondiale

"Hakama", est le nom donné au projet marocain des politiques de développement pour la transparence et la responsabilité appuyé par la Banque mondiale avec l'octroi d'un prêt d'un montant de 200 millions de dollars (1,6 milliard de dirhams). C'est le premier prêt d’une série de deux opérations qui "permettront d’assurer une gestion des ressources publiques plus transparente et responsable, et de promouvoir une gouvernance ouverte" précise la Banque mondiale.

"Le programme Hakama permettra de donner une forte impulsion aux réformes sur la gouvernance actuellement en cours au Maroc. Cet appui consistera à agir sur des domaines clés pour l’amélioration de la performance et de la transparence du secteur public, tout en renforçant l’accès des citoyens à l’information et leur participation aux processus de décision », a indiqué dans un communiqué Simon Gray, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb.

Le 1er juillet 2011, le Maroc a adopté, une série d'amendements à la Constitution. L'objectif était de renforcer la participation citoyenne et élargir l'accès à l'information. Le programme Hakama s’inscrit dans le cadre de ces nouveaux droits constitutionnels.

En deux volets, cette opération soutiendra toute une série de mesures transversales qui comprennent entre autres la budgétisation axée sur la performance, la réforme de la passation des marchés publics, l’application du Code de bonnes pratiques de gouvernance dans les entreprises publiques clés et l’établissement d’un cadre juridique pour les partenariats public-privé.

"Le programme Hakama va mettre les aspects de programmation et de performance au cœur du processus budgétaire, au profit de la transparence dans les allocations des fonds publics et de la reddition de comptes, interne et externe, sur les dépenses publiques", a déclaré dans le communiqué de l'institution financière Fabian Seiderer, responsable du programme à la Banque mondiale. "Il contribuera à moderniser la gestion du secteur public et à répondre à l'objectif constitutionnel d'équilibre des finances publiques à moyen terme" a-t-il ajouté.

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte