"La baisse des prix du gaz est une bonne nouvelle pour l’Europe", selon Jérôme Ferrier, président de l’AFG

Jeudi 24 mars, l’Union Française du Gaz (AFG) tiendra sa convention annuelle. Celle-ci sera en grande partie consacrée au gaz naturel liquéfié. En amont de l’événement, Jérôme Ferrier, Président de l’AFG, revient pour L'Usine Nouvelle sur la conjoncture gazière. 

Partager
L’Usine Nouvelle - Quel regard portez-vous sur la place du gaz en cette période de crise pétrolière ?
Jérôme Ferrier - En 2015, la consommation de gaz en France a augmenté de 8 %, ce qui n’était pas anticipé, vu les perspectives économiques peu encourageantes. La France, qui n’est pas un grand consommateur de gaz, a vu une très belle croissance de la consommation dans les secteurs résidentiel et industriel. La croissance industrielle provient, entre autres, de la génération électrique. C’est un signal fort. Il marque le redémarrage de certaines centrales à gaz qui n’étaient plus appelées ou qui avaient été mises sous cocon.
Dans le même temps, nous constatons que les prix du gaz sur la scène internationale ont beaucoup baissé. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les producteurs, mais c’est une bonne nouvelle pour les consommateurs. Plusieurs grands projets de production entrent en service en 2016, en particulier en Australie. Cette année, 40 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) vont arriver sur les marchés. Ces volumes sont déjà achetés, en grande partie par la Chine. Mais les Chinois ne pourront pas en absorber l’intégralité. Une partie sera remise sur le marché. Elle prendra vraisemblablement la direction de l’Europe où les terminaux ne sont pas remplis. C’est une bonne nouvelle car nous allons disposer de quantités de GNL à un prix très abordable.
Combien de temps va durer cette situation avec des prix bas ?
Pour répondre à cette question, il faudra être attentif lors du congrès de l’Union Internationale du Gaz en avril à Perth (Australie), où s’exprimeront tous les grands patrons du secteur. Ce qui est sûr, c’est que les prix ne peuvent pas rester à ce niveau. Nous touchons un point où les investissements sont stoppés et où les coûts d'exploitation ne sont même plus couverts. La machine va se bloquer et, assez rapidement, la demande va l’emporter sur l’offre. Car nous avons le sentiment que la demande de gaz va continuer à croître, même s’il existe des incertitudes sur la croissance chinoise.
Lors de la COP21, le gaz a été peu présent. Que retenez-vous de cet événement ?
Nous savions que ce serait difficile d’y parler d’énergies fossiles. Or, malgré ses vertus – faibles émissions de CO2, pas de particules… –, le gaz demeure une énergie fossile. J’ai suivi avec attention les accords intermédiaires et l’accord définitif ; les énergies n’y étaient pas traitées. Nous sommes restés sur des déclarations de principe… Quant aux énergies fossiles, elles n’étaient pas évoquées sauf dans l’une des clauses qui appelle à faire des efforts ce qui concerne les émissions des transports maritime et aérien. J’y ai vu une opportunité de rappeler que le GNL est un formidable vecteur pour répondre aux contraintes imposées au secteur maritime en matière d’émissions d’oxyde de soufre. Dans le domaine aérien, nous n’en sommes qu’au début des propulsions gaz. Mais il y a déjà eu des prototypes. En 1989, lors d’un congrès à Nice, les Russes ont posé un Tupolev avec Gazprom à propulsion GNL.
Le débat sur le gaz de schiste a ressurgi en France, notamment depuis la décision judiciaire favorable à Total. C’est un sujet que l’AFG porte ?
La position de l’AFG sur ce sujet est simple. Ce n’est pas notre combat. Il est inutile d’agiter un chiffon rouge. Comme l’a dit Patrick Pouyanné (Ndlr : le PDG de Total), "je ne vais pas aller à un endroit où on ne veut pas de moi". C’est plein de bon sens. Le combat de l’AFG, c’est le biogaz et le gaz pour la mobilité. Là, il y a des combats glorieux à mener qui peuvent faire consensus. En ce qui concerne le gaz de schiste, le CHNC (Centre des hydrocarbures non conventionnels) fait très bien son travail d’information à travers son comité scientifique.
Propos recueillis par Ludovic Dupin
0 Commentaire

"La baisse des prix du gaz est une bonne nouvelle pour l’Europe", selon Jérôme Ferrier, président de l’AFG

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS