La baisse de l’activité se poursuit dans le bâtiment

Les chiffres présentés ce 18 septembre par la Fédération française du bâtiment (FFB) sont accablants. Le premier semestre s’inscrit dans la triste lignée de 2014. Optimiste, la FFB voit cependant les signes d’une probable amélioration cet hiver.

Partager

Pas d’éclaircie dans le bâtiment. La Fédération français du bâtiment (FFB) a publié ce vendredi 18 septembre sa note de conjoncture sur l’activité et l’emploi dans le secteur. La lecture qu’en fait Jacques Chanut, président de la FFB est claire : la crise du bâtiment "amorcée il y a huit ans" est "plus profonde et plus durable que les précédentes". Surtout, "elle n’a pas encore atteint son terme", affirme Jacques Chanut dans son discours prononcé lors d’une conférence de presse ce matin.

Tous les chiffres sont dans le rouge ! La comparaison des sept premiers mois de 2015 par rapport à la même période de 2014 est accablante : -7,9% et -5,8% respectivement pour les logements autorisés et commencés, ce qui laisse prévoir 334 000 logements mis en chantier en 2015, contre 335 000 en 2014.

Du côté du non-résidentiel neuf, c’est pire avec -11,8 % et -11,7 % pour les surfaces de plancher autorisées et commencées, hors hôtellerie et locaux agricoles. Et pire encore avec les bâtiments administratifs, dont les permis et ouvertures de chantier baissent respectivement de 16,7 % et 22,1 %.

En termes d’emploi, enfin, "le premier semestre affiche le plus mauvais score enregistrés depuis l’entrée dans la Grande récession de 2008, avec 44 600 postes de travail en moins (-3,8 %) qu’au premier semestre 2014", écrit la FFB, qui résume : "Le premier semestre 2015 s’inscrit dans la triste lignée de 2014."

Dynamisme du crédit immobilier

Jacques Chanut voit cependant "plusieurs indicateurs [qui] signalent une possible, voire probable, accélération à venir". En particulier du côté des logements neufs, où le dynamisme du crédit immobilier et la progression des ventes des constructeurs de maisons individuelles et des promoteurs sont de bon augure.

Mais, délais de construction obligent, "les marchés du logement neuf devraient tout juste commencer à enregistrer les effets de la reprise des ventes et ces effets se renforceraient durant l’hiver 2015-2016", prévoit le président. Reste aux entreprises à tenir bon jusque-là et à maintenir une trésorerie suffisante pour être capable de suivre le rebond.

Manuel Moragues

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS