Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La 500X ne suffira pas à relancer Fiat

, , , ,

Publié le , mis à jour le 02/10/2014 À 14H46

Fiat n'a pas grand chose d'autre à montrer au Mondial de l'automobile de Paris qu'une nouvelle version de la 500, son modèle vedette décliné si régulièrement que cette stratégie commence à susciter des doutes sur la capacité d'innovation du constructeur.

La 500X ne suffira pas à relancer Fiat © Fiat

Sommaire du dossier

Fiat présentera au Mondial de l'automobile la dernière version de sa 500 et... c'est à peu près tout. Son modèle phare a déjà été tellement décliné que certains en viennent à douter sur la capacité du groupe à innover. Après le rachat à 100% de l'américain Chrysler, le nouveau groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA) s'est fixé des objectifs de croissance ambitieux qui s'appuient notamment sur le potentiel de développement prêté à Alfa Romeo, Maserati et Jeep.

Les analystes jugent logique de concentrer les efforts sur les marques et les modèles haut de gamme, qui se vendent bien aux Etats-Unis et sur les marchés émergents. Mais ils s'inquiètent du risque de voir FCA négliger la marque Fiat, qui a écoulé 1,5 million de voitures l'an dernier, soit 34% des ventes totales du groupe.

LA GAMME FIAT VIEILLIT

La 500X présentée à Paris appartient à la famille des "crossovers", une catégorie qui a le vent en poupe en ce moment, mais il est peu probable qu'elle modifie radicalement l'image de la marque Fiat, dont la gamme vieillit faute de nouveaux modèles. "La 500 prend de l'âge, le succès de ses déclinaisons est limité et (Fiat) manque d'une offre compétitive alors que Volkswagen, Peugeot et Renault continuent de lancer de nouvelles voitures", explique Sascha Gomel, analyste de Commerzbank. "Même si la reprise en Europe s'accélérait, Fiat serait à coup sûr perdant."

La Fiat 500 a été lancée en 2007, à l'initiative de Sergio Marchionne, l'administrateur délégué du groupe italien. Objectif ? Tenter de relancer la marque et riposter au succès de Mini, filiale de BMW. Elle s'est vendue à plus d'un million d'exemplaires en six ans. Mais cette version modernisée d'un modèle historique du groupe était aussi censée favoriser le reste de la gamme. Or cette stratégie a été mise à mal par la crise en Europe, particulièrement douloureuse pour le marché automobile, qui commence tout juste à se redresser.

la Punto break a neuf ans

Et pendant ces années de vaches maigres, la gamme Fiat a continué de vieillir : la Punto break, par exemple, a aujourd'hui neuf ans. "Mini a fait ce qu'il fallait pour maintenir des ventes régulières au fil des ans en lançant lentement mais régulièrement des déclinaisons de ses produits, mais Fiat n'a pas été aussi discipliné", explique Jake Nakagawa, directeur de Portia Consulting. "Pour le consommateur moyen, les déclinaisons qu'il a sorties ont été relativement invisibles."

La part de Fiat sur le segment B du marché est tombée de 9,3% en 2007 à 6,2% l'an dernier et elle pourrait encore reculer à 5,7% d'ici 2018, selon IHS Automotive. Sur le segment A, celui de la Fiat 500 et de la Panda, la part du groupe pourrait revenir sous 5% contre environ 7%.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle