Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La 308 inaugure le nouveau système de dépollution Diesel de PSA

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Pour respecter la nouvelle norme environnementale Euro 6, Peugeot équipera progressivement dès 2014 toute sa gamme de SCR, un choix inédit dans la sphère automobile.

La 308 inaugure le nouveau système de dépollution Diesel de PSA © Peugeot

Emissions de CO2, de Nox et surcoûts financiers, voilà l’équation que les constructeurs doivent résoudre pour faire passer leurs moteurs Diesel en 2014 à la nouvelle norme Euro 6. Une douzaine d’années après avoir été pionnier sur le filtre à particules (FAP), PSA joue de nouveau la carte de l’originalité avec sa nouvelle chaine de dépollution.

Le Français a décidé de généraliser à toute la gamme le SCR, un système qui injecte dans les gaz sortis du moteur une solution à base d’urée (l’AdBlue). Celle-ci convertit par réaction chimique les oxydes d’azote (Nox) en vapeur d’eau et en azote. D’autres constructeurs comme Audi utilisent aussi ce système, mais aucun constructeur ne l’a généralisé à toute sa gamme. Les concurrents de PSA préfèrent souvent mixer un système SCR pour les gros modèles et d’autres technologies comme les pièges à Nox (ou Nox trappes) pour de plus petites voitures.

Compromis entre émissions

"Nous avons fait un compromis entre CO2 et Nox", précise d’emblée Pierre Macaudière, maître-expert et directeur du département carburant, émission dépollution chez PSA. Le groupe a choisi de privilégier des moteurs à faibles émissions de CO2 : les nouveaux moteurs Blue HDi permettent ainsi à la 308 de n’émettre que 82 grammes de CO2 par kilomètre. Mais le revers de la médaille, c’est que ce type de moteurs émet beaucoup de dioxydes d’azote. PSA a donc choisi d’installer un système SCR, plus efficace contre les Nox que les Nox trappes, et dans une configuration particulière : "L’originalité est de le placer avant le filtre à particules additivé, explique Pierre Macaudière. Le système chauffe alors rapidement et élimine donc plus d’oxyde d’azote".

Plus d’une centaine de brevets ont été déposés par PSA sur ce système, réalisé avec différents équipementiers. MGI Coutier fournit ainsi le réservoir, la solution d’AdBlue vient de chez Yara et le système de micro-injection de chez Continental. PSA souhaite ainsi garder un coup d’avance dans le domaine de réduction des émissions.

Baisse des coûts

L’équation est aussi financière. Le système SCR représente un surcoût, les constructeurs allemands le chiffrent à un millier d’euros par véhicule. Une somme trop importante pour des petits véhicules. Mais le groupe français évoque au contraire, sans donner de chiffres, un coût raisonnable. 

"Avec ce système, l’effet de masse joue à plein, détaille Pierre Macaudière. Nous ne devons qu’un système et en le généralisant, nous ne le mettons pas seulement sur quelques motorisations mais sur toute la gamme, ce qui rentabilise encore plus le coût de développement". Le passage à la norme Euro 6 en 2014 n’est qu’une première étape. La norme doit en effet être durcie en 2017, avec notamment de nouveaux cycles d’homologation pour les véhicules.

Pauline Ducamp

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle