L’usine PSA de Poissy va passer de deux à une ligne de production

Début 2015, l’usine PSA de Poissy (Yvelines) fera passer l’ensemble de sa production sur une seule ligne de fabrication contre deux aujourd’hui.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’usine PSA de Poissy va passer de deux à une ligne de production
Peugeot Poissy

La direction de l’usine PSA de Poissy (Yvelines) a fait savoir, le 13 février au matin lors d’un comité d’établissement exceptionnel, son intention de passer de deux lignes d’assemblage à une seule début 2015 a-t-on appris de sources syndicales. L’annonce a été faite aux représentants du personnel à l’occasion de la restitution d’une enquête interne de PSA sur la faisabilité technique et l’intérêt économique de passer l’ensemble de la fabrication sur une seule ligne.

Aujourd’hui, deux lignes de fabrication sont en service. La principale (ligne 1) fabrique les C3 et DS3 alors que la seconde (ligne 2), vouée à disparaître l’an prochain, produit les 208. Cette dernière fera également l'objet d'une réduction de sa voilure avec le passage fin mars de deux à une équipe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous n’avons pas tous les détails sur le calendrier. Le CHSCT sera consulté en mars, puis des travaux techniques d’aménagement de la ligne 1 seront effectués durant la fermeture de l’usine au mois d’août. A la rentrée, la ligne 1 devrait progressivement monter en cadence pour passer de 45 à 52 véhicules par heure avant le passage en mono-ligne au début de 2015", indique Frédéric Lemayitch, délégué syndical CFTC.

L'effectif du site serait maintenu

L’aspect social a été abordé lors de la réunion du comité d’établissement. "L’argumentaire de la direction réside dans le fait que la production de 250 000 véhicules sera maintenue ce qui génèrera de manière intrinsèque les mêmes besoins en personnels de production que précédemment", précise Frédéric Lemayitch. "Nous avons quand même un peu de mal à croire que le fait de passer en mono-ligne ne laissera personne sur le bord du chemin."

Patrick Désavie

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS