Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’usine Philips de Chalon-sur-Saône change de main

, , , ,

Publié le

Le Néerlandais Varova et l’Allemand MEP reprennent un site de 142 salariés qui possède sa propre verrerie et veulent le spécialiser dans des lampes plus forte valeur ajoutée.

L’usine Philips de Chalon-sur-Saône change de main
Site Philips de Chalon-sur-Saône
© Google Maps

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif et ancien homme fort de Saône-et-Loire, n’aura cette fois rien à reprocher à un grand groupe industriel étranger. Philips vient de céder sans casse sociale et pour un montant non communiqué son site de Chalon-sur-Saône (142 salariés) au Néerlandais Varova et à l’Allemand MEP.

Le premier récupère l’activité de fabrication des tubes fluorescents, qu’il rebaptise Nordeon et l'oriente vers le secteur agroalimentaire et celui des lampes spéciales liées à l'exploitation de zones à risques, comme les plateformes pétrolières.

Associée à l’Allemand MEP, dans le cadre de la coentreprise TGI Tubes montée pour l’occasion, la société Varova reprend également la verrerie qui traite actuellement 3 000 tonnes de matière. L’unité continuera à fournir des verres pour les tubes fluorescents, mais devrait aussi développer une fabrication de verres, dits "durs", pour le médical, l’univers des laboratoires et certaines industries.

Une trentaine d’embauches

Philips accompagne pendant quatre ans les repreneurs à l’appui d’un contrat dégressif de fourniture de tubes. Ces derniers envisagent d’investir près de 4 millions d’euros dans la verrerie et pas moins de 2,5 millions pour la production des tubes. Une trentaine d’embauches est également à l’ordre du jour avec des profils requis en R&D, vente et marketing.

Cette cession découle pour Philips d’un positionnement stratégique de plus en plus tourné vers les LED. Installée depuis 1951 à Chalon-sur-Saône, l’unité se voyait fortement concurrencée par des productions de lampes à bas coût. Le volume produit qui atteignait encore les 45 millions d’unités il y a quelques années, ne s’élève plus aujourd’hui qu'à 24 millions.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle