L'usine Michelin de Joué-lès-Tours bloquée par les salariés

L'usine Michelin de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) est au point mort après la confirmation de l'arrêt de la production de pneus poids lourds. La direction veut conserver 200 emplois sur 930 et spécialiser l'usine vers des produits plus techniques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'usine Michelin de Joué-lès-Tours bloquée par les salariés

Les deux accès de l'usine Michelin de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) sont bloqués par des piquets de grève depuis lundi 10 juin au matin. De part et d'autre de cet immense site de 30 hectares, quelque deux cents salariés refoulent les poids lourds en provenance d'Espagne, de Slovénie, de France qui se présentent devant les entrées. "Il a fallu calmer les esprits, certains voulaient brûler l'usine", raconte Claude Guillon, secrétaire de la CGT.

Mouvement de colère

Ce mouvement de colère suit l'annonce de la suppression de l'activité poids lourds sur ce site et la montée en puissance de l'usine de La Roche-sur-Yon (Vendée). "Michelin est le numéro 1 mondial des pneus, mais le bonnet d'âne pour les relations sociales", se lamente Claude Guillon, secrétaire de la CGT.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A la mi-journée, la direction de l'usine a diffusé un communiqué de presse, rappelant que le manufacturier comptait conserver deux cents emplois et investir 20 millions par an en Touraine, afin d'y développer des produits semi-finis. Mais cela ne rassure pas les salariés. "On sait ce qui s'est passé à Orléans (Loiret), puis à Poitiers (Vienne). Les deux usines ont fini par fermer", se remémore Claude Guillon. A Joué-lès-Tours, "nous avons un moyen de pression, l'atelier qui fait du calandrage (nappes textile et métallique des pneus) et qui fournit 25 à 30 % des usines en Europe. En bloquant cet atelier pendant une semaine, on arrêtera 25 à 20 % des usines en Europe", menace ce syndicaliste, hygiaphone en bandoulière.

Un comité central d'entreprise est prévu jeudi 13 juin à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Les négociations devraient démarrer le lendemain 14 juin.

Stéphane Frachet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS