Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’usine Eurofloat de Salaise-sur-Sanne inaugure son nouveau four verrier

Manuel Moragues , , ,

Publié le

Le four de l’usine Eurofloat de Salaise-sur-Sanne (Isère) a été inauguré le 1er juin par Saint-Gobain et Riou Flat Glass. 26 millions d’euros ont été investis pour moderniser la ligne float qui fabrique du verre plat destiné aux bâtiments résidentiels et tertiaires.

L’usine Eurofloat de Salaise-sur-Sanne inaugure son nouveau four verrier
L’usine Eurofloat de Salaise-sur-Sanne (Isère).
© Saint-Gobain

Les entreprises citées

C’est le cœur de l’usine. Le nouveau four verrier de l’usine Eurofloat de Salaise-sur-Sanne (Isère) a été inauguré le 1er juin par Saint-Gobain et Riou Flat Glass, actionnaires à parts égalées d’Eurofloat depuis 2012. L’installation de cet équipement a été réalisée en 110 jours de travaux, de l’arrêt de la production fin janvier à la première coulée de verre, le 20 mai. La rénovation complète de la ligne float de l’usine, qui fabrique des verres plats pour le marché du bâtiment, a représenté un investissement de 26 millions d’euros.

Selon Eurofloat, "le nouveau four bénéficie de technologies de pointe permettant de réduire la consommation d’énergie de près de 25% par rapport à l’ancienne installation" et la productivité de la ligne "augmente d’environ 10%, passant de 580 à 650 tonnes de verre produites par jour".

"Le redémarrage de la ligne float assure la pérennité de ce site industriel français, la durée de vie du nouveau four étant de 20 ans. C’est également une garantie pour l’ensemble des sous-traitants locaux et régionaux, en majorité des PME, qui travaillent pour Eurofloat", souligne un communiqué d’Eurofloat.

Les 200 salariés de la société produisent 22 millions de mètres carrés de verre plat par an, dont 10 millions sont ensuite transformés en verres à couches minces sur sa ligne magnétron et 6 millions en verres feuilletés sur sa ligne d’assemblage. La production alimente le marché français et celui du Benelux.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle