Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’usine de Michelin de Vannes lance un plan de compétitivité durable

, , , ,

Publié le

L’usine Michelin de fils métalliques de Vannes (Morbihan) investit 22 millions d'euros sur cinq ans et revoie son organisation pour regagner en compétitivité. Les composants qu’elle produit entrent dans la fabrication des pneus poids lourds des sites du groupe sur tous les continents. L’effectif en CDI passera de 450 à 350 salariés sans aucun départ contraint.

L’usine de Michelin de Vannes lance un plan de compétitivité durable

Les entreprises citées

Spécialisée dans la production des renforts métalliques qui entre dans la fabrication des carcasses de pneus, l’usine Michelin de Vannes (Morbihan) a été durement touchée par le ralentissement du marché des véhicules poids lourds. Le groupe a d’ailleurs réorganisé ses moyens de production sur ces composants en fermant son usine de Fossano, en Italie. Si l’avenir de Vannes n’était pas directement en cause, ses performances moyennes, avec des coûts de revient élevés nécessitait une remise à niveau.

C’est chose faite avec le lancement de Cap 2021, l’aboutissement d’un chantier de deux ans mené avec l’ensemble du personnel.
Machines trop anciennes, gamme à revoir, frais de structure trop lourd, faible motivation menant à de petits arrêts de travail à répétition… Après un diagnostic sans concession et l’identification de quelques points forts comme le service client et les compétences techniques et procédés, la stratégie et l’organisation du site ont été revues. Le tonnage traité devra augmenter de 60 % d’ici 2021 par rapport à 2015. Un plan d’investissement de 22 millions d'euros a été arrêté pour les cinq prochaines années et les effectifs passeront de 450 salariés à 350 pour ce qui concerne les CDI. Un doublement des capacités est prévu sur certains produits (le laitonnage), l’atelier "tringle" va être réimplanté.

Réorganisation du travail

Les investissements en matière d’automatisation se feront au fil des départs à la retraite du personnel de production (une vingtaine par an) car aucun départ n’est imposé. L’organisation du travail se poursuivra en trois équipes de semaine et deux équipes week-end avec une petite flexibilité sur ces dernières pour pouvoir mieux absorber des variations de commandes. Une centaine de personnes vont voir leur poste évoluer et un grand plan de formation est prévu.

Pour ce qui concerne les équipes de direction et les fonctions supports, des mobilités internes sont prévus. Le chantier sur le diagnostic et les solutions a été mené par 140 salariés répartis en douze groupes de travail. Selon un porte-parole du site : "Le taux d’absentéisme s’est déjà réduit depuis le lancement du projet car les salariés ont désormais une meilleure visibilité sur leur avenir." Michelin produit actuellement en interne 60 % des structures métalliques qui entrent dans la fabrication de ces pneus. Vannes est la troisième usine française à signer un pacte d’avenir après Roanne (Loire) il y a deux ans et la Roche-sur-Yon (Vendée) en 2016.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle