Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

L'usine chinoise de Renault a déjà produit ses premiers véhicules de pré-série

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Installée à Wuhan, au centre du pays, cette usine sera la première de Renault en Chine. Elle produira la version locale du Kadjar dès le début de 2016.

L'usine chinoise de Renault a déjà produit ses premiers véhicules de pré-série © Renault

"Ça ira mieux à la fin de la semaine !" Ce n'est pas seulement la perspective de passer deux jours sur le salon de Shanghaï, grand comme plusieurs fois le Stade de France, qui préoccupe Jacques Daniel. Le président de DongFeng Renault Automotive Company (DRAC), la coentreprise de Renault et DongFeng, passe cette semaine une étape importante dans la construction de la première usine Renault du pays, située dans le centre, à Wuhan. L'équipe qualité du groupe vient en effet valider à partir du 22 avril que l'usine est prête à produire des véhicules aux standards Renault.

Production des véhicules de présérie

Cette étape vient sanctionner un peu plus d'un an de travaux à Wuhan. Depuis l'accord du gouvernement chinois donné en décembre 2013, Jacques Daniel supervise la construction du site, dimensionné pour produire 300 000 véhicules (150 000 dans un premier temps). "Nous sommes dans les clous, rassure Jacques Daniel. Tous les bâtiments sont construits, les process installés. Les premiers voitures ont déjà été produites." Ce sont des pré-séries de la version chinoise du Kadjar. Ces véhicules ont permis de tester le bassin de cataphorèse, mais aussi l'atelier de peinture ou encore celui de ferrage et les process des soudures. "Une partie des véhicules a aussi été envoyée pour homologation", explique Jacques Daniel. La production ne débutera, elle réellement que début 2016 pour le Kadjar. Fin 2016 sera ensuite lancée la production d'un SUV de segment D.

Aide de Nissan

Ce timing serré entre la construction du site et le début de la production doit beaucoup à Nissan. Le Kadjar est en effet bâti sur la même plateforme que le Qashqai, et partage les mêmes moteurs. L'usine Renault sera donc une copie d'une usine Nissan, avec des process Nissan pour l'emboutissage ou l'assemblage de la caisse en blanc. "C'est plus facile et moins cher. Si nous avions du adapter la ligne à partir d'une usine européenne, il aurait par exemple fallu traduire en chinois toutes les fiches sur les postes. Elles sont déjà traduites chez Nissan", résume Jacques Daniel. Une machine 3D de contrôle des culasses a été réglée en une demi-journée seulement alors que ce type d'opération prend une semaine en moyenne. 

Usine de moteurs

L'usine qui produira les moteurs du Kadjar à Wuhan reprendra donc aussi des process Nissan. "J'aurais préféré leur acheter directement des moteurs, mais la loi nous impose d'avoir notre propre usine de moteurs", explique Jacques Daniel. Cette unité est dimensionnée pour produire 120 000 blocs par an, mais n'en produira pour le moment que 80 000. Installé en Chine depuis plus d'une décennie, le Japonais a également ouvert son parc de fournisseurs à Renault. Dès le début, la production sera intégrée à plus de 80%. Au total, l'investissement de Renault à fin 2016 pour monter la coentreprise avec DongFeng flirtera avec le milliard d'euros.

Pauline Ducamp à Shanghai (Chine)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle