Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’université de Reims met en service son supercalculateur Romeo de 1 pétaflops signé Atos

Ridha Loukil , , ,

Publié le

L’université de Reims inaugure son nouveau supercalculateur Romeo construit par Atos. Avec une capacité de calcul de 1 pétaflops, il s’impose comme le quinzième plus puissant de France.

L’université de Reims met en service son supercalculateur Romeo de 1 pétaflops signé Atos
BullSequana X1000, le serveur de calcul d'Atos à la base du nouveau supercalculateur Romeo
© Atos

Romeo, le centre de calcul régional de l’université de Reims Champagne-Ardenne, inaugure, ce lundi 1er octobre 2018, sur le campus Moulin de la Housse à Reims, son nouveau supercalculateur Romeo, en présence de Cédric Villani, mathématicien, député de l’Essonne et membre de l’Académie des Sciences. Construit par Atos sur la base de ses machines BullSequana X1000, ce supercalculateur offre une puissance de calcul de 1 pétaflops (1 pétaflops vaut 1 million de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde) selon le référentiel Linpack, ce qui en fait le quinzième plus puissant de France. Il occupe la 249e place du Top 500, le classement des 500 supercalculateurs les plus puissants de la planète publié en juin 2018.

Opportunité d'innovation régionale

Cette nouvelle machine entre dans la stratégie de la France en matière d’intelligence artificielle fondée sur les conclusions de la mission de Cédric Villani sur le sujet. Elle sera dédiée à quatre secteurs prioritaires d’applications dans ce domaine : la santé, les transports, l’environnement et la défense. Elle est équipée pour cela d’accélérateurs graphiques de Nvidia qui accélèrent les tâches de Machine et Deep Learning.

Romeo se présente comme une opportunité d’innovation sur le territoire régional. Les chercheurs universitaires et industriels de la région pourront s’appuyer sur ses ressources en calcul pour effectuer des simulations numériques dans les domaines de l’agriculture, de la finance ou encore de l’automobile.

Jusqu'ici, le centre Romeo disposait d'un supercalculateur signé Bull (racheté en 2014 par Atos) d'une puissance de calcul de 255 téraflops (1 téraflops vaut 1000 milliards d'opérations en virgule flottante par seconde), dont la mise en service remonte à 2013. Le nouveau Romeo représente donc une multiplication par quatre de la capacité de calcul installée.

Investissement de 5,3 millions d'euros

Ce supercalculateur représente un investissement de 5,3 millions d’euros financé à hauteur de 2,6 millions d’euros par le fond européen FEDER, 1 million d’euros par la Région Champagne-Ardenne, 633 333 euros par l’Etat, 500 000 euros par l’agglomération du Grand Reims et 500 000 euros par l’université Champagne-Ardenne.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle