Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

L'Union pour la Méditerranée labellise l'Energy University de Schneider Electric

, , , ,

Publié le

Le groupe Schneider Electric bénéficie pour son cycle de formation en ligne "Energy University" du support de l'institution pan-méditerranéenne basée à Barcelone. Ce projet d'e-learning gratuit mis en avant à l'occasion de la MedCop de Tanger est ouvert aux ingénieurs et techniciens.

L'Union pour la Méditerranée labellise l'Energy University de Schneider Electric © dr

La génèse du projet remonte en fait à fin 2015, mais l'occasion était trop belle. A  l'occasion de la MedCop Climat à Tanger, l'Union pour la Méditerranée (UPM ou UfM en anglais) a accordé officiellement ce 19 juillet à Tanger sa labellisation à l'"Energy University" du groupe Schneider Electric.

La MedCop a rassemblé à Tanger au Maroc plus de 2 000 délégués, élus, experts, ONG  d'une vingtaine de pays à Tanger dont Fattalah Sijilmassi, secrétaire général de l'UPM, partenaire de la manifestation marocaine.

Le projet dénommé "UfM Energy University by Schneider Electric" consiste en un ensemble de cours techniques en ligne (type e-learning ou Mooc) gratuit et ouvert aux ingénieurs et techniciens du secteur électrique. Il fait l'objet de validation par niveau. Son coût est estimé à 6 millions d'euros par le groupe français.

Les formations concernent le secteur de l'installation électrique, la gestion de l'énergie avec une forte dimension sur les énergies renouvelables (intégration et installation de modules photovoltaîques etc...) et l'efficacité énergétique.

Le projet qui se présente comme "neutre" en matière de prescription de produit bénéficie déjà du support d'une vingtaine d'associations professionnelles à travers le monde. Car cet labellisation de l'UPM concerne un programme conduit, en fait, par Schneider Electric à l'échelle mondiale avec 13 langues disponibles dont arabe, français ou turc. La convention entre Schneider et l'UPM prévoit néanmoins que certains programmes seront adaptés aux priorités fixées par les pays de l'UPM. Pour Fatallah Sijilmassi (photo), "le changement climatique est évidemment un enjeu majeur pour la Méditerranée. Il s'agit d'un espace fragile en première ligne dans les bouleversements à venir. Il était logique pour l'UPM d'appuyer ce type de projets qui contribue à une meilleure gestion de l'énergie et aux développemments des énergies renouvelables dans notre région".

L'UPM, créée en 2008 à l'initiative notamment de Nicolas Sarkozy dans la suite du "processus de Barcelone" d'intégration méditerranéenne regroupe 43 pays. Conçue, notamment par la France pour contrebalancer le poids économique de l'Europe du nord, cette institution est dans le faits restée très modeste. Sans moyens financiers, elle se concentre sur la promotion de l'intégration régionale mais peut apporter un appui politique non négligeable auprès des bailleurs à des projets de développements. Plus de 35 projets dans l'eau, l'environnement, l'urbanisme ou la formation sont ainsi labellisés par l'UPM. Cette institution a notamment accordé son label à l'aménagement de la vallée du Bouregreg à Rabat, la dépollution du lac de Bizerte ou encore à l'université euro-méditerranéenne de Fès qui comprend une école d'ingénieurs du réseau INSA.

Lors de la MedCop, l'UPM a également soutenu la création d’un réseau des jeunes de la Méditerranée pour le climat qui a tenu son premier rassemblement dimanche 17 juillet à Tanger.

Pierre-Olivier Rouaud, à Tanger

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle