International

L'Union Européenne enquête sur la reprise des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri

,

Publié le , mis à jour le 09/01/2019 À 07H00

Le projet de rachat des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri va fait l'objet d'une enquête de la Commission européenne, a-t-elle annoncé le 8 janvier. L'Union Européenne redoute les conséquences de l'opération sur la concurrence dans le secteur de la construction navale. L'Italie a vivement réagi à cette annonce en menaçant la France et l'Allemagne de remettre en question tous les accords.

L'Union Européenne enquête sur la reprise des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri
Le projet de rachat des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri va fait l'objet d'une enquête de la Commission européenne.
© Salque Jean-Louis D.R.

La Commission européenne, saisie par la France et l'Allemagne, a annoncé le mardi 8 janvier l'ouverture d'une enquête sur le projet de rachat des Chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), par Fincantieri en raison de ses craintes en matière de concurrence dans le secteur de la construction navale, ce qui a suscité une vive réaction de l'Italie.

Ce projet n'atteint pas le seuil de chiffre d'affaires au-delà duquel il doit être notifié à l'exécutif européen mais la Commission a été saisie par la France, rejointe par l'Allemagne, et elle va désormais demander à Fincantieri de lui soumettre son opération.

Une requête de l'Autorité de la concurrence française

"Sur la base des éléments fournis par la France et l'Allemagne, et sans préjudice de l'issue de son enquête exhaustive, la Commission considère que l'opération pourrait nuire de manière significative à la concurrence en matière de construction navale, en particulier sur le marché mondial des bateaux de croisière", écrit la Commission européenne dans un communiqué.

À l'Élysée, on souligne que la requête française auprès de la Commission européenne émane de l'Autorité de la concurrence. "Le gouvernement n’en est pas à l’origine. Notre position n’a pas varié et nous sommes toujours favorables au rapprochement", dit la présidence française.

Un accord en septembre 2017

Un accord conclu en septembre 2017 avait pourtant mis fin à des mois de tensions sur ce dossier entre la France et l'Italie.

Il prévoit le rachat par Fincantieri de 50% des chantiers navals à l'État français, qui doit lui prêter par ailleurs 1% supplémentaire afin qu'il puisse avoir le contrôle opérationnel du groupe.

Le solde du capital doit être in fine détenu essentiellement par l'État (33,34% en excluant le prêt de 1%) ainsi que par Naval Group. L'ex-DCNS, désormais détenu conjointement par Thales et l'État français, a également conclu un accord avec Fincantieri dans le naval militaire, dont les modalités précises ne sont toutefois pas encore fixées.

Matteo Salvini dénonce l'attitude française et allemande

Matteo Salvini, vice-président du Conseil italien, a néanmoins dénoncé l'attitude de la France et de l'Allemagne et a menacé de remettre en cause "tous les accords".

"Ce qui s'est passé est extrêmement grave, la France et l'Allemagne se sont mal comportées. Cela remet en débat tous les accords", a dit le dirigeant de la Ligue, selon une déclaration diffusée par sa porte-parole.

En France, des syndicats ont manifesté récemment leurs inquiétudes sur une prise de contrôle des chantiers français par l'italien, en raison des accords conclus par ce dernier avec des partenaires chinois pour la construction de navires de croisière.

Avec Reuters (Philip Blenkinsop, avec Jean-Baptiste Vey à Paris et Gavin Jones à Rome, Bertrand Boucey et Jean-Michel Bélot, édité par Juliette Rouillon)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte