L'UMP veut accélérer la parité dans les entreprises

Publié le

Le groupe parlementaire UMP proposera en janvier une propositon de Loi qui imposera la parité dans les conseils d'administration des sociétés cotées. Les deux promoteurs du texte, Marie Jo Zimmerman et Jean-François Copé en ont expliqué la philosophie.

L'UMP veut accélérer la parité dans les entreprises
Jean François Copé
© DR

Le premier texte de Loi proposé par Jean-François Copé et Marie-Jo Zimmerman pour le groupe UMP, portera sur l'égalité professionnelle hommes femmes. En janvier 2010, une proposition de Loi devrait donc être déposée. D'après le texte remis à la presse ce jour, les conseils d'administration et de surveillance des sociétés cotées et des entreprises publiques devront compter 50 % de femmes d'ici à 5 ans. Si le nombre de membres est impair, l'écart entre hommes et femmes ne devra pas excéder une personne.

En outre, des obligations intermédiaires sont prévues. Dans un délai de 18 mois après la promulgation de la Loi, la proportion de femmes devra être de 20 % et elle devra atteindre 40 % dans les 4 ans. Actuellement, le taux de femme dans les conseils d'administration est en dessous de 8 %.

Renouveler les conseils

Jean-François Copé a justifié ce choix en se estimant « profondément choquant » ce qui se passe dans ce domaine. Il a défendu le choix d'imposer une seule obligation aux seules entreprises côtées, ce qui représente, selon lui,  650 entreprises, appartenant à tous les secteurs, et qui auront dans un second temps un effet d'entraînement sur leurs sous-traitants et autres filiales. Marie-Jo Zimmerman et Jean-François Copé ont indiqué vouloir créer un électrochoc et trouver une solution par le haut. Jean-François Copé a aussi remarqué que la Loi aboutira à un renouvellement en profondeur des conseils d'administration.

Les sanctions financières, un temps évoqué ont été abandonnées, notamment en raison du peu d'enthousiasme manifesté par le ministre du Travail pour celle-ci. Moins coûteuses, les sanctions prévues n'en sont pas pour autant plus légères. En effet, en cas de non respect des dispositions prévues, les délibérations prises par un CA mal composés seront nulles. Dans 5 ans, une nomination non conforme sera déclarée nulle et l'assemblée générale convoquée. « Nous avons voulu prendre une sanction dissuasive », a expliqué Jean-François Copé. Confiant dans l'issue du débat, il a indiqué que le ministre du Travail était d'accord avec la nouvelle mouture du texte et que celui-ci était en conformité avec la Constitution.

Le texte prévoit aussi une délibération annuelle obligatoire du conseil d'administration sur la politique d'égalité professionnelle et salariale et la publication du rapport de gestion comparée joint au rapport annuel de gestion. Reste à savoir si le texte sera ou non amendé par les députés ou les sénateurs. Rendez vous en 2010.

Christophe Bys

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte