Economie

L’UMP compte sur la réindustrialisation pour financer la croissance en 2012

Publié le

C’est ce mardi 22 novembre au soir que l’UMP doit présenter ses premières pistes économiques pour 2012 à Lambersart. Quelques heures avant, le secrétaire général du parti de la majorité, Jean-François Copé, explique que les PME seront la priorité du prochain quinquennat.

L’UMP compte sur la réindustrialisation pour financer la croissance en 2012 © REA

Interrogé sur France Info, Jean-François Copé affirme qu’il faut mettre un terme aux "délocalisations en France, des véritables tragédies sociales pour le pays". "Face a cette situation ou on ne peut plus financer le pays avec des dettes, on va la financer avec la réindustrialisation de la France, assure le secrétaire national. On doit faire du Made In France. On va se battre pour produire en France".

Prenant en exemple l’Allemagne, le secrétaire général estime qu’il faut s’appuyer sur un noyau de PME, pilier majeur de la croissance en France. "Il faut se mobiliser pour être compétitif, souligne-t-il. En France, nous avons beaucoup de grands groupes et de petites structures, il nous faut un fort tissu de PME comme en Allemagne".

Sur le plan social, le secrétaire national affirme qu’il faut reposer la question des 35 heures et qu’il faut négocier entre partenaires sociaux par branche et par entreprise. Selon lui, les charges sociales ne doivent pas reposer sur le travail. "Il peut y avoir des bouts de TVA, des bouts de CSG  […] en contrepartie de la baisse des charges sociales", assure-t-il. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kociusko Morizet déclare sur LCI ce même jour que "l'idée est de donner la possibilité d'ouvrir des accords de branches. Il y a des branches dans lesquelles les 35 heures posent durablement des problèmes en dépit des assouplissements que nous avons fait"

Le secrétaire général de l’UMP a profité de cette intervention pour revenir sur le plan stratégique d’Areva. Il souligne que malgré la catastrophe de Fukushima, il n’y a aucune raison pour qu’il y ait des suppressions d’emplois dans le nucléaire français, face à la politique mise en place par le gouvernement. Une manière aussi pour lui de tacler le candidat socialiste à l’éleciton présidentielle François Hollande : "je rappelle que c’est en passant de 75 à 50% de production d‘énergie nucléaire et en fermant 24 réacteurs nucléaires qu’on est en train de programmer un plan social majeur en France".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte