L'Usine Santé

L’UFC-Que Choisir liste plus de 1000 produits cosmétiques contenant des substances toxiques

Astrid Gouzik , ,

Publié le , mis à jour le 07/06/2017 À 14H29

L'association de consommateurs a traqué, dans les rayons des produits cosmétiques du quotidien, des substances "préoccupantes" . Et la pêche a été bonne : pas moins de 1000 produits contiennent des molécules toxiques, allergisantes, ou irritantes. Parmi eux, 23 produits contenant des substances interdites. 

 

Lingettes pour bébé, déodorant, dentifrice, gel douche… La liste des produits contenant des "substances préoccupantes" est longue. Elle est dressée par l’UFC-Que Choisir. L’association appelle les consommateurs à faire la chasse à ces molécules que les industriels "persistent à utiliser". Elles sont potentiellement toxiques, allergisantes, irritantes ou ce sont des perturbateurs endocriniens.

Ces produits avaient été repérés dans 185 produits cosmétiques en février 2016. Depuis l'UFC a ouvert une base de données participative. Ce sont finalement plus de 1000 produits qui sont pointés du doigt ce 7 juin 2017. La nouveauté par rapport aux enquêtes précédentes : l'association répertorie "23 produits hors la loi" ! "Ils enfreignent la loi de manière flagrante en incorporant dans leurs formules des substances rigoureusement interdites. On peut citer le spray solaire pour enfants de Lovea, le gel coiffant fixation blindée Vivelle de Dop ou encore le soin pour les yeux L’Oréal Men qui recèlent de la MIT, alors même que le risque de réactions allergiques est décuplé du fait du contact prolongé avec la peau pour ces produits non rincés. Quant au fond de teint poudre minérale de Maria Galland il contient de l’isobutylparaben, un perturbateur endocrinien avéré, pourtant interdit depuis plus de 2 ans", indique l'UFC dans son communiqué. 

Pour les allergènes on dénombre de nombreux produits contenant de la Methylisothiazolinone (MIT) un allergène majeur d’autant plus irritant qu’il est très majoritairement ajouté à des produits non rincés qui resteront en contact prolongé avec la peau.

S’agissant des perturbateurs endocriniens, on les retrouve souvent sous la forme d’ethylhexyl-methoxycinnamate, un filtre UV perturbant le fonctionnement oestrogénique et thyroïdien. "Pourquoi donc mettre des filtres UV totalement inutiles dans des eaux de toilettes, des démaquillants ou des produits capillaires ?", s’interroge l’UFC dans le communiqué publié ce lundi 22 février.

L’association met particulièrement en garde contre l’étiquetage "faussement rassurant". "Ainsi malgré la mention 'hypoallergénique' figurant sur le lait de toilette ‘Mots d’enfants’ de Leclerc, la ‘Crème pour le change’ des bébés de ‘Corine de Farme’ ou encore sur les nettoyants féminins ‘Physélia Intimate’, nous avons relevé la présence dans ces produits de MIT un conservateur auquel des dermatologues ont décerné en 2013 la palme peu enviable de l’allergène de l’année !", note l’association de consommateurs.

Dans la foulée, la fédération des entreprises de la beauté a publié un communiqué pour rassurer les consommateurs. "Les ingrédients utilisés dans les produits cosmétiques ont tous une fonction précise. Ils font l'objet d'une évaluation scientifique indépendante par des experts européens. Sur la base de ces évaluations, si le comité considère qu’une substance est potentiellement dangereuse, la Commission européenne peut soit l’interdire, soit limiter son usage afin de s'assurer qu'elle ne présente pas de danger telle qu'utilisée.", insiste-t-elle. Avant d'ajouter : "la réglementation européenne est la plus exigeante au monde et les entreprises anticipent fréquemment son évolution car la sécurité est une priorité pour les professionnels."

 

Retrouvez la liste des produits testés sur le site de l’UFC-Que choisir.

Une carte repère est mise à disposition du consommateur, mentionnant les 12 substances à traquer dans la liste des composants au moment de l’achat. 

 

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

06/03/2016 - 20h46 -

J'ai des produits ménagés avec le logo ecolabel et ils contiennent du methylisothiasolinone!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

28/02/2016 - 11h26 -

Toute l'industrie n'est pas à remettre en cause. Les marques Bio comme celle des Laboratoires Téane (que j'ai fondée en 2009) arrivent bien à formuler des produits cosmétiques de qualité et efficaces sans avoir recours à ces substances.il existe des alternatives et c'est à vous consommateurs de choisir!
Répondre au commentaire
Nom profil

23/02/2016 - 10h13 -

*tres bien de denoncer mais comment interdire tous ces empoisonneurs de chimistes cosmetiques a ne plus fabriquer ces produits? c est toute l industrie qu il faut arreter et nos dirigeants qui laissent faire.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte