Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

L'UE veut réduire de 37,5% les émissions de CO2 des voitures neuves

Julie Thoin-Bousquié , , , ,

Publié le

L'UE vise une réduction de 37,5% des émissions de CO2 des véhicules neufs dans les douze ans à venir. Une position est plus sévère que celle adoptée par les États membres, qui misaient sur une réduction de 35% des émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2030.

L'UE veut réduire de 37,5% les émissions de CO2 des voitures neuves
Les constructeurs devront électrifier leurs nouveaux modèles pour respecter leurs objectifs d'émission de CO2 d'ici 2030.
© BMW - DR

Les constructeurs automobiles devront parvenir à une baisse de 37,5% de leurs émissions de CO2 d’ici à 2030. Après plusieurs mois de discussions, les négociateurs des États membres de l’Union européenne (UE) et du Parlement européen ont trouvé une position commune lundi 17 décembre sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) des véhicules neufs. Celles-ci devront donc chuter de plus d’un tiers par rapport au seuil fixé en 2021.

La position est au total plus dure que celle des 28 États de l’UE, qui étaient parvenus à s’accorder sur une diminution de 35% des émissions de CO2 en octobre 2018. Et ce, malgré la réticence de plusieurs pays, dont l’Allemagne qui avait préféré s’aligner sur la position de l’exécutif européen et ne pas excéder les 30% de baisse. Mais la décision finale est moins abrupte que celle exigée par le Parlement européen, qui misait sur une diminution de 40%. En parallèle, les camionnettes neuves devront pour leur part réduire leurs émissions de CO2 de 31% d’ici à 2030, avec un objectif intermédiaire de 15% en 2025, le même que pour les véhicules particuliers.

Sans surprise, la décision – qui reste suspendue à l’approbation formelle du Parlement et du Conseil de l’UE – a suscité son lot de réactions. Dans un tweet, le ministre de la Transition écologique français François de Rugy a "[salué] l’accord trouvé par l’UE sur la baisse de 37,5% des émissions de CO2 des voitures d’ici 2030", y voyant un "effort important que doit faire l’industrie automobile pour prendre sa part dans la lutte contre le réchauffement climatique".

Un "impact majeur" sur l'emploi selon l'ACEA

Certains se sont montrés moins enthousiastes sur l’ampleur de la décision, à l’image de l’ONG Transport&Environment (T&E). Son directeur Greg Archer estime dans un communiqué que cette décision constitue "un progrès, mais n’est pas assez rapide pour répondre aux objectifs climatiques" fixés "par l’Union européenne pour 2030 ou ceux de l’accord de Paris sur le climat".

L’Association des fabricants européens d’automobiles (ACEA) a de son côté fait part de "sérieuses inquiétudes concernant l’objectif de CO2 très difficile à atteindre pour les constructeurs d’ici 2030". L’association pointe du doigt "le manque d’une infrastructure de recharge suffisamment dense" pour les véhicules alternatifs, qui "freine une acceptation large des consommateurs". Mais surtout, l’ACEA estime que ces objectifs de CO2 auront un "impact majeur sur les emplois sur l’ensemble de la chaîne de valeur automobile, qui embauche 13,3 millions d’Européens" selon les estimations de l’association.

Un discours qui se fait entendre de plus en plus chez les constructeurs automobiles impliqués dans la transition des véhicules thermiques vers les équivalents électriques ou hydrogène. Chantage à l’emploi ou réalité ? Une chose est sûre, les besoins en main-d’œuvre sont moins importants pour un véhicule électrique que pour un véhicule essence ou diesel, compte tenu de la complexité moindre des premières voitures. Et d’autant plus que le cœur du système, la batterie, n’est pour l’instant pas produite par les constructeurs ou la filière automobile existante.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle