L'UE ajoute 86 entités et individus biélorusses à sa liste noire

LUXEMBOURG (Reuters) - L'Union européenne (UE) va approuver ce lundi une interdiction de voyage et un gel d'avoirs à l'encontre de 86 entités ou individus biélorusses, mais laissera le soin aux dirigeants du bloc de décider de la date d'application de ces sanctions, a déclaré le Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'UE ajoute 86 entités et individus biélorusses à sa liste noire
L'Union européenne (UE) va approuver ce lundi une interdiction de voyage et un gel d'avoirs à l'encontre de 86 entités ou individus biélorusses, mais laissera le soin aux dirigeants du bloc de décider de la date d'application de ces sanctions, a déclaré le Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell. June 21, 2021. /Photo prise le 21 juin 2021/REUTERS/Johanna Geron

Cette mesure s'inscrit dans le cadre des sanctions économiques contre la Biélorussie, qui a forcé le 23 mai, sur ordre du président Alexandre Loukachenko, un avion de Ryanair transportant un opposant à atterrir à Minsk.

Parmi les 76 personnes visées, figurent les ministres des Transports et de la Défense, ont précisé des diplomates. Huit entités publiques sont également concernées.

"Aujourd'hui, nous allons approuver le paquet de nouvelles sanctions, qui est un paquet plus large, d'environ 86 personnes et entités", a déclaré à la presse Josep Borrell à son arrivée à Luxembourg pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE.

Selon les diplomates de l'UE, ces mesures pourraient être articulées avec des sanctions similaires imposées par d'autres pays occidentaux comme la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Ils n'ont pas fourni plus de précisions sur le sujet.

L'Union européenne est parvenue vendredi à un accord technique sur des sanctions contre la Biélorussie, dont l'interdiction de nouveaux prêts à Minsk et des restrictions sur les achats de tabacs, de pétrole et de potasse du bloc.

Josep Borrell a précisé que les sanctions économiques ne seraient pas approuvées par les ministres des Affaires étrangères.

"Elles seront présentées au Conseil européen lors de sa prochaine réunion", a-t-il dit, faisant référence au sommet de jeudi prévu à Bruxelles.

(Robin Emmott et Sabine Siebold; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS