L'OUTPLACEMENT SE DÉMOCRATISE

Partager

L'OUTPLACEMENT SE DÉMOCRATISE



Parmi les salariés licenciés, le recours à l'outplacement s'est élevé à 35% pour les techniciens, à 31% pour les cadres dirigeants et à 17% pour les ouvriers et employés. Ce sont les réponses données entre octobre et novembre 1994 par les 250directeurs des ressources humaines pour une enquête de la Sefrem en partenariat avec le cabinet Pact et "L'Officiel des formations". L'outplacement semble être entré dans les moeurs. Plutôt dans les grandes entreprises que dans les PME. Il est vrai que, avec le nombre des licenciements annoncés, l'entreprise n'hésite plus à afficher ses efforts de reclassement: 83% des professionnels interrogés estiment que l'entreprise reste comptable des reclassements, même en période de reprise. Et elle se préoccupe aujourd'hui presque davantage de ses techniciens et de ses ouvriers que de ses cadres. Car, dans l'avenir, c'est respectivement 45% et 32% de ces catégories qui seront concernées par la formule. Autre enseignement de l'enquête, l'outplacement s'individualise et devient plus sélectif, surtout pour les cadres dirigeants et le personnel d'encadrement. Les ouvriers, souvent concernés par des procédures collectives, bénéficient davantage d'un suivi personnalisé. Et l'entreprise exige, pour 85% des personnes interrogées, une obligation de résultat. Ce qui, selon le cabinet Pact, prend en moyenne huit mois pour un cadre supérieur et cinq mois pour un Etam.



USINE NOUVELLE N°2485

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS