L'Oréal voit sa marge reculer au 1er semestre

PARIS (Reuters) - L'Oréal a fait état mardi d'une faible progression de son résultat opérationnel semestriel et d'une marge en baisse, impactée par des dépenses de recherche accrues.

Partager

Le numéro un mondial des cosmétiques, propriétaire de L'Oréal Paris, Garnier, Lancôme, Armani ou Yves Saint Laurent Beauté, a vu son résultat opérationnel augmenter de 2,0% seulement à 1,70 milliard d'euros, un chiffre inférieur au consensus ThomsonReuters I/B/E/S de 1,77 milliard d'euros.

Sa marge opérationnelle a quant à elle reculé de 50 points de base à 16,8%, alors que les analystes s'attendaient à une progression et tablaient en moyenne sur un chiffre de 17,5%.

Elle avait atteint 17,3% il y a un an, retrouvant son niveau record du premier semestre 2008, avant la faillite de la banque Lehman Brothers.

L'Oréal justifie la baisse de sa marge par une augmentation de ses frais de recherche (+12,2%, après une hausse de seulement 7,6% il y a un an) et de ses dépenses publicitaires (à 30,9% des ventes, contre 30,5%).

Les frais administratifs et commerciaux ont eux aussi légèrement augmenté, pour atteindre 20,5% du chiffre d'affaires, contre 20,3% il y a un an.

Le groupe ne donne pas d'indication sur l'évolution de ses résultats sur l'ensemble de l'année, se contentant de réaffirmer, dans un communiqué, son souhait de surperformer le marché mondial des cosmétiques (dont il attend une croissance d'environ 4% en 2011) et d'améliorer sa rentabilité.

L'Oréal, qui commentera ses résultats devant les analystes et la presse mercredi matin, sera très attendu sur ses anticipations pour le deuxième semestre à la lumière de la forte dégradation de la conjoncture mondiale et des risques de récession dans les pays matures.

Le groupe avait déçu le marché début juillet, avec l'annonce d'un tassement de sa croissance organique au deuxième trimestre, marqué par une chute des ventes en Europe de l'Est et par une faible croissance (+1,2%) en Europe de l'Ouest, une région qui compte encore pour plus de 50% du résultat opérationnel.

Son PDG Jean-Paul Agon s'était alors voulu rassurant, invoquant un décalage du calendrier de lancements de nouveaux produits dans le courant du deuxième semestre.

Le résultat net hors éléments exceptionnels est ressorti quant à lui à 1,5 milliard d'euros, en ligne avec le consensus.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    L'OREAL
ARTICLES LES PLUS LUS