L'Oréal mise sur le Nord pour servir le marché mondial du luxe

Le groupe réorganise la production des cosmétiques haut de gamme. Ses trois usines du Nord voient leur organisation industrielle optimisée.

Partager
L'Oréal mise sur le Nord pour servir le marché mondial du luxe

Ce sont les grands gagnants du choix de l’Oréal de spécialiser la fabrication de sa cosmétique de luxe par marque. Dans le Nord de la France, les trois usines de l’Oréal Luxe, Sicos & Compagnie à Caudry (Nord), Beauté Recherche & Industrie à Lassigny (Oise) et Fapagau à Gauchy (Aisne), vont désormais produire à destination du monde entier toutes ses marques européennes, laissant à l’usine d’Outre-Atlantique de Piscataway (New Jersey) les marques américaines Kiehl’s et Ralph Lauren et au site japonais de Gotemba (Préfecture de Shizuoka) celle de Shu Uemura.

70% des volumes vendus par la division Luxe (en croissance de 8,3% en 2012) sont déjà fabriqués dans l’Hexagone. "Il était très important d’associer leur origine à nos marques et le Made in France est très porteur, reconnaît Antoine Vanlaeys, directeur des opérations de l’Oréal Luxe (numéro deux mondial sur ce marché derrière l’américain Estée Lauder). Nous nous mettons donc en position de produire de façon extrêmement compétitive en France !"

Savoir faire du sur-mesure, comme de grands lancements

La division espère voir ses volumes croitre de 15 à 20% entre 2012 et 2016. Au programme, pas d’augmentation des effectifs, mais une optimisation de l’organisation industrielle. Les trois sites français ont été chacun recentrés sur une technologie. Les émulsions (crèmes, soins, antirides, crème solaire, mascara et fond de teint) pour le site de Sicos, auparavant dédié à la production de la marque Lancôme. A Lassigny, la fabrication et le conditionnement du maquillage anhydre (utilisant peu ou pas d’eau : rouge à lèvres, gloss, poudre) et la production de parfums de marques prestigieuses aux petites séries. Et à Fapagau, la fabrication et le conditionnement des parfums de luxe diffusés à plus de 100 000 unités.

L’enveloppe des investissements n’a pas bougé : 30 millions d’euros annuels pour les sites industriels, dont 20 millions à destination de la France. Plus 15 millions d’euros pour concevoir et faire fabriquer par les partenaires de l’Oréal Luxe les moules industriels. Voire des produits hors norme, comme le parfum "la Femme Cristal", un flacon rechargeable en cristal contenant une bulle de parfum suspendue, fabriqué à la main par la cristallerie royale de Saint Louis et diffusé à seulement 100 exemplaires !

Mais, dans les usines, la priorité est donnée à l’automatisation et l’agilité. Car le luxe impose de savoir réaliser des produits aux nombreuses références – 6500 sur les trois sites français - pour des volumes dix fois moins importants que les cosmétiques grand public produits en Europe, par exemple. "L’outil de production est ainsi surdimensionné à dessein", explique Antoine Vanlaeys, afin de pouvoir répondre à de grands pics de lancement, comme celui, colossal en 2012, du parfum "La Vie est belle", avec 2,6 millions d’unités mises à disposition. Et aussi s’adapter à l’évolution des ventes du monde entier.

Les volumes produits en croissance dans les trois usines

Sur le site de Sicos, qui compte 420 salariés, seulement 50 % des capacités de production sont utilisées. Mais le site va passer, entre 2012 et 2014, de 155 millions d’unités produites à 200 millions, car il va hériter des produits Lancôme destinés au marché américain. Une ligne de production totalement automatisée - un investissement de 1 million d’euros - a été mise en place, disposant de deux remplisseuses capables de réaliser deux teintes de fond de teint en même temps et de deux types de sortie pour fabriquer à la fois le produit et son échantillon.

Dans l’usine de Lassigny, passée dans le giron de l’Oréal lors du rachat de la marque Yves-Saint-Laurent en 2008, 10 millions d’euros ont été investis durant trois ans pour la mettre aux standards du groupe. Les unités produites devraient passer de 60 à 100 millions chaque année. Un atelier d’assemblage manuel a aussi été mis en place pour conditionner sur mesure les parfums de prestige. Assises à leurs postes de travail, huit opératrices se chargent de sceller le parfum Flower Bomb d’un beau sceau, ou de déposer le flacon Club Noir dans un petit sac en tissu qu’elles nouent. Car le luxe le vaut bien…

Gaëlle Fleitour

Environnement et luxe… difficilement conciliables

Répondre aux rêves les plus fous des consommateurs… Avec des produits aux matériaux et formes toujours plus incroyables, le luxe n’a pas encore fait de l’empreinte environnementale sa priorité. "La première considération n’est pas l’impact qu’a la vie du produit, reconnaît Antoine Vanlaeys, mais tout est recyclable dans nos produits." Progressivement, la division luxe tente malgré tout de penser à la planète : alors que le groupe l’Oréal veut réduire ses émissions de CO2 de 50 % entre 2005 et 2015, ses trois usines du Nord sont parvenues à les faire chuter de 56 % avec trois ans d’avance. Même si on ne sait pas d’où elles partaient…

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS