L'Oréal fait mieux qu'attendu au 3e trimestre grâce au luxe et à la Chine

par Pascale Denis
Partager
L'Oréal fait mieux qu'attendu au 3e trimestre grâce au luxe et à la Chine
L'Oréal a vu sa croissance organique s'accélérer au troisième trimestre et a fait mieux qu'attendu grâce à sa division de produits de luxe et à une solide progression en Chine. /Photo prise le 1er octobre 2017/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - L'Oréal a vu sa croissance organique s'accélérer au troisième trimestre et a fait mieux qu'attendu grâce à sa division de produits de luxe et à une solide progression en Chine.

Le chiffre d'affaires du numéro un mondial des cosmétiques a progressé de 2,4% à 6,09 milliards d'euros, dépassant légèrement les 6,07 milliards du consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters.

A taux de change et périmètre constants, la croissance a atteint 5,1%, après une progression de 4,3% au premier semestre, faisant là aussi mieux que les 4,2% attendus par les analystes.

Les produits de luxe (Lancôme, Saint Laurent, Armani, Kiehl's) ont vu leurs ventes grimper de 11,2% en données comparables, après une hausse de 8,9% au trimestre précédent, tandis que la croissance est restée modeste (+2,3%) dans les produits grand public (L'Oréal Paris, Garnier Maybelline), première division du groupe par le chiffre d'affaires.

La dynamique s'est quant à elle maintenue (+6,2%) dans la cosmétique active (La Roche Posay, Vichy).

Fin juillet, le PDG du groupe Jean-Paul Agon avait promis une accélération dans la deuxième partie de l'année grâce aux lancements prévus dans toutes ses grandes divisions, devant lui permettre de faire mieux que les 4% attendus pour le marché mondial des cosmétiques en 2017.

Le luxe, tiré par les fortes croissances d'Yves Saint Laurent et Armani, continue d'être porté par un rebond de ses ventes en Chine et à Hong Kong, où le retour des touristes chinois se confirme.

Au total, les ventes du groupe ont bondi de 14,7% en Asie-Pacifique au troisième trimestre, tandis que la croissance organique est tombée à 1,3% aux Etats-Unis, pénalisée par la division de produits grand public.

La première division du groupe souffre aussi au Brésil, où la crise pèse, ainsi qu'en France, où le marché reste difficile et où la concurrence féroce à laquelle se livrent les distributeurs tire les prix vers le bas.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

L'OREAL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS