Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L'optique spatiale détecte les défauts de teinture

Publié le

Un transfert de technologie de l'Esa permet aux industriels du textile d'accéder à des outils de contrôle en production plus performants.

Le contrôle de la teinte du tissu en cours de coloration est une opération importante pour les ennoblisseurs. La moindre variation de teinte non souhaitée et non détectée signifie souvent que des mètres de tissus finissent à la poubelle. Selon les estimations, 160 millions de mètres de tissus sont ainsi jetés chaque année en Europe. Une perte de 8 000 tonnes de teintures et autres solvants qui doivent être recyclés.

Pour éviter ce gâchis, un consortium de cinq entreprises, mené par la société italienne Iris DP, a mis au point un système de détection de défaut de couleur, bon marché et très performant (tolérance d'un écart de couleur de 0,1 dE), à partir d'un transfert de technologie de l'Agence européenne spatiale (ESA). Baptisé Coltex, il repose sur un dispositif optique capable de différencier plus de 30 000 couleurs et nuances, soit autant que l'oeil humain, la fiabilité en plus. Cette technologie a été initialement développée pour des applications de télésurveillance des terrains agricoles depuis l'espace, pour suivre les effets d'utilisation des engrais et pesticides sur l'environnement.

Le dispositif mesure en continu le spectre de plusieurs zones simultanément, le long d'une ligne transversale du lé de tissu qui défile (jusqu'à 100 mètres par minute). Les sondes fixes, au nombre de 3 ou 5, collectent la lumière et la transmettent via des fibres optiques à un spectrographe (ImSpector), développé par la société finlandaise Specim. Cet instrument est capable d'analyser le spectre complet, de l'infrarouge jusqu'à l'ultraviolet, indépendamment de la polarisation de la lumière. Il traite les signaux (séparation des rayons) avant que ces derniers ne finissent leur course sur un capteur CCD. Leur analyse est alors réalisée par des algorithmes développés par l'Esa.

Objectif : une action en temps réel

L'utilisation d'une source de lumière continue peu onéreuse, comparée aux sources stroboscopiques habituellement utilisées, a permis de réduire significativement les coûts. Iris DP poursuit le développement d'outils bon marché qui permettront d'améliorer encore la qualité et la fiabilité de la produc-tion textile. Son projet EDY (Efficient DYeing adaptative control) vise à la mise au point de l'automatisation qui permettra d'agir en temps réel sur la composition de la teinture.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle