L'Opep prolonge l'accord d'encadrement jusqu'à fin 2018

L'Opep a convenu jeudi 30 novembre de prolonger jusqu'à la fin de 2018 l'accord de réduction de la production. Mais, soucieuse de résorber complètement l'excédent de brut sur le marché, l'organisation a laissé entendre qu'elle pourrait rompre l'accord plus tôt que prévu en cas de surchauffe du marché.

Partager
L'Opep prolonge l'accord d'encadrement jusqu'à fin 2018
La Russie craint qu'un telle accord entraîne une hausse de la production du pétrole de schiste aux Etats-Unis.

L'Opep a convenu jeudi 30 novembre de prolonger jusqu'à la fin de 2018 l'accord de réduction de la production. Les 14 pays membres de l'Opep doivent encore rencontrer dans le courant de la journée les pays producteurs non membres du cartel et emmenés par la Russie afin d'entériner la prorogation des coupes décidées en commun.

La Russie, qui pour la première fois a réduit cette année sa production de concert avec l'Opep, veut toutefois qu'un message clair soit adressé au marché concernant la fin de la validité du présent accord pour éviter que le marché ne se retrouve en situation de pénurie, que les cours ne montent trop vite et que les Etats-Unis n'augmentent trop fortement leur propre production.

L'accord en vigueur depuis le 1er janvier, portant sur une réduction globale de la production des pays signataires de 1,8 million de barils par jour (bpj) environ, court jusqu'en mars 2018 inclus. Deux délégués de l'Opep ont dit à Reuters que le cartel avait décidé de le prolonger de neuf mois, soit jusqu'à la fin de l'année prochain, comme le marché s'y attendait.

L'Opep a également décidé de plafonner la production du Nigeria à 1,8 million bpj environ mais elle doit encore décider d'une limitation applicable à la Libye. Ces deux pays bénéficiaient jusque là d'une dérogation à l'accord en raison de leur situation politique troublée qui débouchait sur des productions inférieures à la normale.

Possible réexamen de l'accord en juin

Pour le ministre de l'Energie saudien Khalid al-Falih, parler d'un arrêt de l'encadrement de la production est prématuré pendant encore quelques trimestres. Un point sur la situation sera fait lors de la prochaine réunion de l'organisation, en juin, a-t-il dit. "Lorsque nous sortirons de l'accord, nous le ferons très progressivement (...) pour être sûrs de ne pas perturber le marché", a-t-il dit.

Les ministres du Pétrole irakien, iranien et angolais ont également déclaré qu'un réexamen de l'accord était envisageable en juin si le marché devenait trop tendu.

Les cours du brut dépassant actuellement les 60 dollars le baril, Moscou craint que les Etats-Unis - non partie à l'accord - n'en profitent pour augmenter fortement leur production. La Russie peut équilibrer ses finances avec un prix du baril du brut bien moins élevé qu'il ne le faut pour l'Arabie saoudite, qui se prépare à introduire en Bourse le géant Aramco l'an prochain, une opération qui bénéficierait à plein d'un prix du marché le plus haut possible.

La Russie veut fixer des conditions précises pour la non application de l'accord

"Les cours seront bien soutenus en décembre avec de forts prélèvements dans les stocks mondiaux; on peut même envisager un baril de Brent à 70 dollars s'il se produit une interruption imprévue de l'offre", dit Gary Ross, un expert de l'Opep, fondateur du consultant Pira. Les stocks mondiaux restent supérieurs de 140 millions de barils à leur moyenne de cinq ans, selon l'Opep.

Mais la Russie n'en démord pas: elle veut savoir très précisément dans quelles conditions l'accord d'encadrement ne s'appliquera plus car elle doit informer sérieusement les entreprises énergétiques locales, publiques et privées. "Il est important (...) de définir une stratégie que nous appliquerons à partir d'avril 2018", a dit le ministre de l'Energie Alexandre Novak mercredi.

Pour Reuters, Alex Lawler, Rania El Gamal et Shadia Nasralla, avec Ernest Scheyder, Adhmad Ghaddar et Vladimir Soldatkine, Juliette Rouillon, Catherine Mallebay-Vacqueur et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny

0 Commentaire

L'Opep prolonge l'accord d'encadrement jusqu'à fin 2018

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS