L'Opep campe sur ses positions

Face à l'essoufflement des économies industrialisées, le cartel continue de défendre sa rente.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Opep campe sur ses positions
Malgré un cours du baril qui a atteint 103,95 dollars cette semaine - au niveau de son record des années 1980 en termes réels - Chakib Khelil, le président de l'Opep avait prévenu que le cartel n'avait pas l'intention d'augmenter sa production. « Le monde a changé. Le dollar a chuté, 100 dollars ce n'est plus ce que c'était », commentait Shokri Ghanem, le ministre libyen du Pétrole. Et effectivement à l'issue de leur dernière réunion à Vienne, qui n'a pas duré plus de deux heures, les ministres du Pétrole des pays membres ont décidé de ne pas toucher à leurs quotas de production.

Une décision qui ne va pas réjouir Georges Bush qui affirmait hier « je pense que c'est une erreur de laisser ralentir l'économie de votre plus gros client, de vos plus gros clients, par des prix de l'énergie élevés ». Une déclaration à laquelle le puissant ministre saoudien du Pétrole, Ali Naimi répliquait sans surprise que « la spéculation n'a aucun lien avec de stables fondamentaux du marché, qui ne nécessitent aucune intervention ». Une opinion confortée par Adam Sieminski de Deutsche Bank qui constatant une remonté des stocks destinés aux raffineries des Etats-Unis pronostique une chute des cours pouvant atteindre 10 dollars.

A plus long terme, les contrats à terme 2016 sur le baril ont pour la première fois dépassé les 100 dollars, ce qui signifie que les investisseurs parient désormais sur le maintien des cours à ce niveau élevé. Une hausse qui confirme l'analyste de Goldman Sachs, Giovanni Serio selon lequel « ceci souligne la nature à long-terme de la hausse et le fait qu'elle n'est pas provoquée par les inquiétudes concernant l'équilibre immédiat entre l'offre et la demande ». Si depuis le 6 février la cotation rapprochée du baril de WTI s'est appréciée de 15 dollars, plus de 80% de cette hausse a été provoquée par un cours à 5 ans qui a lui-même progressé de 12 dollars, indique Serio.

« Si l'activité spéculatrice a eu un impact indéniable sur les récentes évolutions des prix, il est important de noter que la hausse récente a largement été provoquée par les fondamentaux et que les achats des fonds sont plus probablement la résultante des hausses de prix que leur cause première », explique l'analyste. La hausse massive et généralisée des prix des commodités depuis le début de l'année ne peut être essentiellement attribuée aux opérations spéculatives souligne Serio, rappelant que ces augmentations ont également affectés des matières come le charbon - qui s'est apprécié de plus de 150% en 1 an - qui échappent à ce type de manœuvres.

Ce sont les coûts d'extraction et de raffinage toujours plus élevés ainsi que la nécessité de motiver de nouveaux investissements dans un secteur ayant largement épuisé ses capacités disponibles, qui expliquent le mouvement haussier. Par exemple le coût quotidien de location d'une plateforme de forage de grande profondeur a bondi depuis 2002 de 100 000 dollars à 550 000 dollars, une augmentation en ligne avec un cours du baril à long-terme qui dans le même temps était multiplié par 5. Une tendance qui ne ralenti pas puisqu'une plateforme a été récemment louée au tarif de 640 000 dollars, note Serio. Enfin, la faiblesse du dollar soutient la hausse des cours à long-terme, nécessaire aux producteurs marginaux pour compenser des coûts de production exprimés dans des monnaies plus fortes.

Les positions ouvertes sur le marché du pétrole sont toujours sensiblement inférieures à leur niveau de l'an dernier alors que l'activité spéculatrice, bien qu'ayant rebondi depuis le plus bas de janvier n'est guère plus élevée qu'à l'été 2007 lorsque le prix du baril était inférieur de 30 dollars. Deux facteurs qui démontrent la part limitée des investissements spéculatifs dans le mouvement actuel de hausse des cours.

Daniel Krajka

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS