Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'OIT prévoit 4,5 millions de chômeurs de plus en quatre ans

Elodie Vallerey

Publié le

L'Organisation internationale du travail se veut alarmiste quant à la situation de l'emploi. Elle lance une sévère mise en garde aux pays européens.

L'OIT prévoit 4,5 millions de chômeurs de plus en quatre ans © rpeschetz - Flickr - C.C.

Quelques heures seulement après les perspectives d'emploi désastreuses données par l'OCDE, c'est au tour de l'Organisation internationale du travail (OIT) de tirer la sonnette d'alarme.

Selon sa dernière étude diffusée le 11 juillet, il pourrait y avoir 4,5 millions de chômeurs de plus en 4 ans si des politiques économiques favorisant la croissance et l'emploi ne sont pas engagées, avertit l'OIT.

"Tous les pays de la zone euro pourront être touchés"

Il y a actuellement 17,4 millions demandeurs d'emplois en Europe, soit un taux de chômage de 11 %, souligne l'OIT. L'organisme s'alarme particulièrement du chômage des jeunes qui est de 22 % pour la zone mais culmine à 30 % en Italie, au Portugal et en Slovaquie et à 50 % en Espagne et en Grèce. 44 % des demandeurs d'emploi sont au chômage depuis plus d'un an.

Juan Somavia, le directeur général de l'OIT, a lancé une sévère mise en garde aux pays européens : "S'il n'y a pas de changement de politique, tous et je dis bien tous les pays de la zone euro, seront touchés, à la fois ceux déjà en difficulté et ceux qui se portent le mieux", a-t-il dit en présentant l'étude aux journalistes.

"On prend de plus en plus conscience qu'une approche fondée uniquement sur l'austérité budgétaire aura une incidence sur l'emploi sans pour autant réduire de manière significative les déficits budgétaires", note l'étude.

Elle recommande des politiques d'investissement et une remise sur pied du système financier, ce qui veut dire que l'on "règle rapidement la question de la solvabilité de nombreuses banques".

Haro sur les emplois précaires

L'OIT demande à "veiller à ce que les jeunes ne restent pas prisonniers d'emplois précaires" et cite comme des exemples à suivre les politiques menées dans les pays scandinaves, en Autriche, en Belgique et aux Pays Bas.

L'étude se réfère à des programmes de formation facilitant la transition école-travail ou aux "garanties-jeunes" des pays nordiques qui accompagnent les jeunes par des formations spécifiques puis par l'aide à la recherche d'un emploi. En Suéde, 46 % des jeunes demandeurs d'emploi ont connu la réussite grace à cette garantie.

"Avec une stratégie de croissance centrée sur l'emploi pour la zone euro la reprise est encore envisageable à l'intérieur du cadre de la monnaie unique", affirme l'étude de l'OIT.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle