Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"L'offre était sur la table, elle ne l'est plus", assure Renault sur le projet de fusion avec Fiat

, , , ,

Publié le , mis à jour le 11/09/2019 À 07H31

Le 10 septembre, le directeur général de Renault a douché les espoirs d'une éventuelle relance des négociations avec Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) pour une fusion. Après la démission du patron de Nissan, Thierry Bolloré donne priorité au partenariat avec le groupe japonais.

L'offre était sur la table, elle ne l'est plus, assure Renault sur le projet de fusion avec Fiat
Renault refuse de commenter le processus de nomination du nouveau directeur général de Nissan. /Photo prise le 9 juillet 2019/REUTERS/Christian Hartmann
© Christian Hartmann

Renault a déclaré mardi 10 septembre que le projet de fusion avec Fiat appartenait au passé. Le constructeur automobile français a refusé de commenter le processus de nomination du nouveau directeur général de Nissan, indiquant simplement que le redressement de son partenaire japonais était la priorité pour lui et l'alliance.

"L'offre était sur la table, elle ne l'est plus"

"Nous ne nous parlons plus l'un avec l'autre, c'est le passé, l'offre était sur la table, elle ne l'est plus", a déclaré Thierry Bolloré, directeur général de Renault, aux journées presse du 68e salon de l'automobile de Francfort en réponse à une question sur le projet avorté de fusion avec Fiat-Chrysler Automobiles (FCA). Une façon de faire taire les rumeurs selon lesquelles le départ du patron de Nissan pourrait débloquer les discussions entre Renault et FCA.

"Nous avons un grand regret, c'est tout, je suis certain qu'ils regrettent aussi cette famille modulaire commune", a-t-il ajouté, faisant référence à la plateforme développée par Renault et Nissan pour le nouveau SUV urbain Captur présenté au salon.

Renault donne priorité à Nissan

Interrogé sur le processus de succession du directeur général de Nissan, Thierry Bolloré s'est refusé à tout commentaire. Hiroto Saikawa a annoncé officiellement sa démission le 9 septembre après avoir admis la réception d'une rétribution inappropriée.

"La priorité des priorités pour Renault est le redressement de Nissan, tout ce que nous pouvons faire pour aider Nissan à améliorer sa santé sera très important pour nous", a ajouté Thierry Bolloré.

Avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Pascale Denis)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle