L'Usine Maroc

L'OCP lance un complexe d'engrais de 500 millions d’euros à Jorf Lasfar pour cibler les marchés africains

,

Publié le

L'Office chérifien des phosphates a procédé à l'inauguration le 1 er février d'un complexe intégré de fabrication de phosphates composé de plusieurs unités. Le coût global de ce site dénommé "Africa fertilizer complex" est près de 500 millions d'euros.

L'OCP lance un complexe d'engrais de 500 millions d’euros à Jorf Lasfar pour cibler les marchés africains
L'Office chérifien des phosphates a précédé à l'inauguration le 1er février d'un complexe intégré de fabrication de phosphates composé de plusieurs unités.
© OCP

Les choses en grand. L'OCP vient d'inaugurer ce lundi 1er février un complexe intégré de fabrication d'engrais dénommé  "Africa fertilizer complex" et doté de plusieurs unités. Il est situé sur le site portuaire de Jorf Lasfar où le groupe OCP dispose déjà d'une très forte emprise industrielle.

Ce complexe inauguré par le roi du Maroc en compagnie de Mostafa Terrab, patron de l'OCP est composé notamment d'une unité d'engrais d'une capacité d'un million de tonnes par an dont la production serait exportée vers l'Afrique subsaharienne.

Le coût de l'investissement est de 5,3 milliards de dirhams soit près de 500 millions d'euros. (1000 dirhams = 92 euros). Ce projet devrait générer 380 emplois.

Les autres parties du complexe comprennent une unité d'acide phosphorique de 450 000 tonnes par an et une unité d'acide sulfurique d'une capacité de 1,4 million de tonnes par an.

A ces trois unités viennent se greffer une centrale thermoélectrique de 62 MW et une unité de stockage avec une capacité de 200 000 tonnes d'engrais.

Totalement intégré, "Africa fertilizer complex" assure l'utilisation de l'ensemble des matières premières de phosphate, soufre et ammoniac et les installations d'électricité, eau et vapeur.

Il entre dans le cadre d'un ambiteux plan de développement lancé par Mostafa Terrab en 2008 et allant jusqu'à 2020. L'OCP compte disposer sur le site de Jorf Lasfar au total dix unités de production d'engrais.

Ce complexe ciblant les marchés africains avait été mis en lumière lors de plusieurs tournées diplomatiques de Mohammed VI en Afrique subsaharienne. Il associe notamment, sous une forme non détaillée, le Gabon.

Outre ce complexe, l'OCP a également inauguré pour ses propres besoins une station de dessalement d'eau de mer pour ne pas peser sur les disponibilités hydriques de la région. Cette station va comprendre plusieurs unités liées au pompage, prétraitement, ultrafiltration et osmose inverse.

Détenu à 95% par l'Etat marocain, le groupe OCP a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 4,9 milliards de dollars et une marge nette d'environ 10%. Il détient de loin les premières réserves mondiales de phosphates. Mais son vaste plan de transformation et d'investissement vise à se développer en aval vers la fabrication d'engrais élaborés et non plus la seule vente, sur les marchés mondiaux, de roche de phosphates.

Basé à Casablanca, l'OCP était le sixième producteur mondial d'engrais, selon les données portant sur 2014 de son concurrent Potash. Mais le deuxième, au coude à coude avec l'américain Mosaic, pour la production d'acide phosphorique.

Encore un peu plus depuis hier.

Nasser Djama avec Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte