Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L' maintenance d'Atos en suspens

Ridha Loukil

Publié le

L' maintenance d'Atos en suspens
Près de 250 postes seraient menacés en France, selon la CFE-CGC.

Atos étudie différentes options pour l’activité de maintenance informatique de l’ex-Bull, dont son adossement à un partenaire international. La décision sera prise au début de 2018. Le groupe français du numérique justifie cet examen par le développement du cloud et de la redondance des systèmes qui rendent la maintenance de moins en moins critique. Héritée du rachat du Bull par Atos en août 2014, cette activité représente, selon la direction, 300 personnes dans le monde, dont 150 en France. Mais les syndicats craignent que le projet d’externalisation, s’il est décidé, ne touche davantage de monde. « Aux 159 personnes de l’activité maintenance proprement dite en France, la direction pourrait ajouter les 60 salariés des services connexes et 30 autres des centres de support à Paris et Grenoble, explique Dominique Morillon, le délégué ­CFE-CGC. Au total, près de 250 postes en France seraient menacés. » Malgré les assurances données par la direction et ses appels à la discussion, le personnel concerné reste inquiet. Les rumeurs, qui circulent en interne, font état de négociations avec Econocom, un groupe français de services numériques connu pour son appétit d’ogre en matière d’acquisitions, pour lui céder l’activité en question. Une information que la direction ne confirme pas à ce stade. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle