L'Italie risque de ne pas remettre son plan de relance à temps

par Giuseppe Fonte et Gavin Jones
Partager
L'Italie risque de ne pas remettre son plan de relance à temps
Le ministre italien de l'économie, Daniele Franco, et le Premier ministre italien, Mario Draghi. L'Italie risque de ne pas respecter la date limite du 30 avril pour soumettre la version finale de son plan de relance à la Commission européenne, car Bruxelles n'est pas satisfaite de plusieurs aspects des projets présentés jusqu'à présent, ont déclaré deux sources proches du dossier. /Photo prise le 19 mars 2021/REUTERS/Alberto Pizzoli

ROME (Reuters) - L'Italie risque de ne pas respecter la date limite du 30 avril pour soumettre la version finale de son plan de relance à la Commission européenne, car Bruxelles n'est pas satisfaite de plusieurs aspects des projets présentés jusqu'à présent, ont déclaré deux sources proches du dossier.

Un porte-parole du Premier ministre Mario Draghi a fermement démenti que la date limite serait dépassée. "Le plan sera présenté le 30 avril", a-t-il déclaré. Un porte-parole du ministère de l'économie a déclaré que "notre objectif reste de le présenter le 30 avril".

Un retard serait un coup dur pour Mario Draghi, qui a pris ses fonctions il y a deux mois avec pour mission de peaufiner le plan préparé par le gouvernement précédent.

Les 27 pays de l'Union européenne ont travaillé à l'élaboration de leurs plans nationaux, qui précisent comment chaque gouvernement entend dépenser sa part du plan d'emprunt conjoint de 750 milliards d'euros du Fonds de relance de l'UE.

L'Italie peut prétendre à plus de 200 milliards d'euros de subventions et de prêts bonifiés au titre du Fonds, soit la part la plus importante de tous les pays de l'UE. L'argent sera versé progressivement sur six ans.

"La Commission n'est pas satisfaite du plan de relance dans sa forme actuelle", a déclaré l'une des sources, qui a demandé à ne pas être nommée en raison de la sensibilité du sujet.

La source a déclaré que Mario Draghi présenterait probablement le plan vers la mi-mai, mais qu'une période plus longue pourrait être nécessaire pour surmonter les objections de la Commission.

Parmi les principales préoccupations de Bruxelles figurent le manque de détails sur la manière dont le plan sera géré une fois qu'il aura reçu l'approbation de l'UE et la substance de certaines des réformes décrites, notamment celle du système judiciaire, a indiqué la source.

Une autre source a également indiqué que Bruxelles souhaitait que des modifications soient apportées au plan, ce qui prendrait du temps, et a déclaré que la mi-mai semblait désormais une période "réaliste" pour sa présentation.

L'Italie n'a pas laissé entendre auparavant qu'elle pourrait être en retard, et Mario Draghi a déclaré aux journalistes le 8 avril que "le 30 avril, nous présenterons notre plan".

Une porte-parole de la Commission a déclaré qu'elle n'avait aucun commentaire à faire sur le plan italien en particulier, mais que la Commission comprenait que l'élaboration des plans de relance était une tâche difficile pour tous les États membres alors qu'ils se concentrent également sur la lutte contre la pandémie de COVID-19.

Si les plans doivent être présentés le 30 avril en règle générale, certains pays "peuvent avoir besoin de quelques semaines supplémentaires", a-t-elle déclaré, et "la qualité doit être la première priorité". Elle a ajouté que la Commission était actuellement en "dialogue intensif" avec tous les pays sur la préparation de leurs plans.

DES PLANS DE DÉPENSES

Le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis, a déclaré vendredi que certains pays de l'UE ne respecteraient pas l'échéance du 30 avril, sans préciser lesquels.

L'une des principales missions de Mario Draghi lors de sa prise de fonctions, avec le déploiement de la campagne de vaccination contre le COVID-19, était de présenter un plan de relance solide afin de garantir le versement des fonds européens pour enfin permettre une croissance de l'économie italienne.

Les plans nationaux sont des modèles de dépenses pour les subventions et les prêts que chaque pays de l'UE recevra grâce à l'emprunt conjoint sans précédent de la Commission pour reconstruire des économies plus vertes et plus numériques après la pandémie de COVID-19.

Dans ses commentaires de vendredi, Valdis Dombrovskis a déclaré que le retard dans la présentation de certains plans ne repousserait pas l'ensemble du dispositif, dont les détails doivent encore être ratifiés par les parlements de certains pays.

A condition que les retards dans la présentation des plans ne soient pas trop importants et que la ratification soit achevée dans tous les États membres d'ici juin, la Commission pourra procéder aux premiers décaissements en juillet, a-t-il déclaré.

(Jan Strupczewski; version française Camille Raynaud)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS