Economie

L'Italie commence à descendre dans la rue

Publié le

Suite à l'appel à la grève totale lancé par les principales centrales syndicales italiennes, la péninsule connaissait déjà les premières mobilisations ce mardi matin. Près de 400 000 manifestants défilent dans les rues de Florence. La compagnie aérienne Alitalia ne pouvait garantir qu'une centaine de vols sur les 380 prévus. Laissant ainsi en rade 30 000 passagers. Du côté du rail, on jouait aussi la prudence en ne maintenant que la moitié des trains programmés.

L'objectif de cette journée de mobilisation, inédite depuis 20 ans en Italie, était de faire plier le chef du gouvernement Silvio Berlusconi dans son projet de réforme du statut du travailleur. Sous prétexte de lutter contre le travail au noir, « Il cavaliere » voudrait suspendre, pendant quatre ans, l'article 18 qui garantit aux salariés la réintégration en cas de licenciement abusif avéré.

Thibaut De Jaegher

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte