L'Isae-Supaero inaugure sa nouvelle soufflerie aéroacoustique à Toulouse

L'Isae-Supaero vient de réceptionner sa nouvelle soufflerie aéroacoustique sur son campus toulousain (Haute-Garonne) : un investissement de 9 millions d'euros dédié à la conception des aéronefs du futur.

Partager
L'Isae-Supaero inaugure sa nouvelle soufflerie aéroacoustique à Toulouse
La nouvelle soufflerie aéroacoustique de l'Isae-Suparéo à Toulouse

Un an tout juste après en avoir lancé le chantier, l'Isae-Supaero, l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace, inaugure sur son campus de Toulouse (Haute-Garonne) sa nouvelle soufflerie aéroacoustique. Cet équipement, appelé à prendre le relais d'une ancienne soufflerie dont disposait l'Ensica sur son ancien site toulousain, avant 2015 et son regroupement sur le site de l'Isae-Supaero, a nécessité un investissement de 9 millions d'euros. "Il s'agit du dernier grand investissement inscrit dans le cadre du programme pluriannuel de 100 millions d'euros qui a accompagné la rénovation complète du site de Rangueil pour permettre le regroupement des deux écoles Ensica et Supaero au sein de l'Isae-Supaero", souligne Olivier Lesbre, directeur général de l'Isae-Supaero.

Le projet associe un bâtiment support de 1 700 m² (ateliers, bureaux, salles de commande et locaux techniques), une veine guidée, de section carrée (1,8 m x 1,8 m) pour les essais d'aérodynamique, avec une configuration à jet ouvert dans une chambre anéchoïque (ou chambre sourde) de 8 mètres de côté pour les essais aéroacoustiques. L'infrastructure a été financée par le plan campus, porté par l'Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, tandis que l'équipement scientifique proprement dit, inscrit au titre du contrat de plan Etat-Région, a bénéficié de financements de la région Occitanie, de Toulouse Métropole et du ministère de la Défense.


La chambre anéchoïque aménagée au sein de la nouvelle nouvelle soufflerie aéroacoustique de l'Isae-Suparéo à Toulouse

Des travaux sur l'avion plus silencieux

L'ambition de ce nouvel équipement et des moyens de simulation numérique associés est d'accompagner les industriels dans la conception d'aéronefs plus silencieux. "Nous allons nous intéresser plus particulièrement aux mesures de bruits hors moteur", précise Laurent Joly, chef du département aérodynamique, énergétique et propulsion de l'Isae-Supaero. Grâce à ses spécificités techniques, notamment une vitesse maximum au sein de la veine de 80 mètres par seconde, la nouvelle soufflerie reproduit les conditions que rencontrent les avions de transport civils en phase d'approche des aéroports. "Pendant ces phases d'approche, les trains d'atterrissage peuvent faire plus de bruits que les moteurs", rappelle Laurent Joly. Il s'agit ainsi de contribuer à définir et valider la pertinence de nouvelles configurations de cellules d'avions (ailes, volets, trains d'atterrissage…).

Un équipement unique en Europe, qu'il va d'abord falloir apprivoiser. Une année complète devrait être nécessaire aux équipes de Laurent Joly pour réaliser les essais de qualification avant de pouvoir engager, à partir de 2019, les premiers programmes de R&D. "Un temps qui sera mis à profit pour lancer de nouveaux projets collaboratifs avec nos partenaires académiques et industriels", souligne Patrick Fabiani, directeur de la recherche à l'Isae-Supaero.

Créé en octobre 2007 sur la base du regroupement administratif des deux écoles d'ingénieurs toulousaines, Supaero et Ensica, l'Isae-Supaero, spécialisé dans l'enseignement supérieur pour l'ingénierie aérospatiale, accueille 1 700 étudiants sur son campus toulousain, dont 30 % d'étudiants étrangers et délivre quelque 650 diplômes chaque année.

Marina Angel

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS