Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’IRT SystemX lance huit premiers projets de R&D

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

L’institut de recherche technologique spécialisé sur les systèmes embarqués entre dans le concret. Il se prépare à lancer huit premiers projets en janvier 2013. A la fin 2013, il comptera 15 projets de recherche public-privé représentant un budget de 90 millions d’euros sur trois ans.

L’IRT SystemX lance huit premiers projets de R&D © DR

L’institut de recherche technologique (IRT) SystemX devient opérationnel. C’est la conséquence de la convention signée le 31 octobre 2012 entre le Campus Paris-Saclay, qui le porte, et l’Agence nationale de recherche (ANR). Pascal Cléré, 54 ans, qui dirige la division solutions d’information d’Alstom Transport, en été désigné président, et Eric Perrin-Pelletier, 55 ans, qui dirige la stratégie campus à Supélec, directeur général.

Dédié à l’ingénierie numérique des systèmes embarqués du futur, SystemX rassemble 44 partenaires industriels et académiques, dont dix membres fondateurs : Alstom, Renault, Bull, Kalray, Sherpa, OVH, pôle de compétitivité Systematic, Institut Mines-Telecom et Campus Paris-Saclay. Il se prépare à lancer en janvier 2013 ses huit premiers projets : deux sur la thématique systèmes embarqués, deux sur les outils de conception et simulation, trois sur le transport multimodal et un sur la sécurité dans le multimédia.

Chaque projet représente environ 15 chercheurs et 6 à 7 millions d’euros. D’autres lancements suivront de façon à ce que l’année 2013 se termine par 15 projets de recherche publique-privé représentant un budget de 90 millions d’euros sur 3 ans, dont 45 millions de financement public dans le cadre des investissements d’avenir. "Ces projets, qui mobilisent au total 200 à 250 chercheurs, devraient au final se traduire par quatre ou cinq transferts de technologie au profit des industriels", espère Eric Perrin-Pelletier.

Les travaux se dérouleront principalement sur le site de NanoInnov, la structure d’intégration de nanotechnologies inaugurée en février 2012 à Saclay, et pour le reste sur le site de Teratec de recherche sur le calcul intensif à Bruyères-le-Châtel, et sur le site parisien de Lincs, le labo de recherche sur l’Internet du futur conjointement créé en mars 2011 par Alcatel-Lucent, l’université Pierre Marie Curie, l’Inria et l’Institut Mines-Telecom.

SystemX prévoit l’embauche de 50 chercheurs d’ici 2015. A ce stade, Eric Perrin-Pelletier évite de se prononcer sur les retombées économiques. L’ambition de cet IRT, qui va bénéficier de 336 millions d’euros de dotations publiques dans le cadre des investissements d’avenir d’ici 2020, est de devenir une sorte de silicon valley francilienne, berceau des briques technologiques nécessaires au pilotage de systèmes embarqués complexes dans les transports multimodaux, les réseaux intelligents d’énergie et le traitement sécurisé des données.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle