L'IPO du géant du café JDE Peet's bouclée en trois jours

par Clara Denina et Gwénaëlle Barzic

Partager
L'IPO du géant du café JDE Peet's bouclée en trois jours
Il aura fallu seulement trois jours pour vendre les actions de JDE Peet's, les investisseurs, confrontés à une pénurie de nouvelles opportunités à la suite du coup d'arrêt provoqué par le coronavirus, s'étant rués sur le numéro deux mondial du café conditionné. /Photo prise le 19 mai 2020/REUTERS/Mike Blake

LONDRES/PARIS (Reuters) - Il aura fallu seulement trois jours pour vendre les actions de JDE Peet's, les investisseurs, confrontés à une pénurie de nouvelles opportunités à la suite du coup d'arrêt provoqué par le coronavirus, s'étant rués sur le numéro deux mondial du café conditionné.

Le propriétaire des marques Douwe Egberts, Peet's Coffee et Jacobs a conduit la plus grande introduction en Bourse (IPO) en Europe depuis le début de l'année, après avoir levé 2,25 milliards d'euros à l'occasion de ses débuts en Bourse vendredi.

Une vingtaine de banques au total pourraient empocher en tout 59,8 millions de dollars (près de 54 millions d'euros) de commissions, dont 6,2 millions environ pour chacun des coordinateurs globaux JPMorgan, BNP Paribas et Goldman Sachs, selon des estimations de Refinitiv.

Le fort intérêt des investisseurs, au nombre desquels la société d'investissement Quantum Partners de George Soros, a conduit JDE à avancer l'opération qui était attendue en juin.

Mais au-delà d'une forte demande, les road-shows virtuels auprès des investisseurs se sont révélés particulièrement efficaces, ce qui pourrait transformer sur le long terme la façon dont les IPO sont préparées.

Les banques conseils travaillant sur l'opération ont commencé à sonder de potentiels investisseurs en début d'année, avant que l'épidémie de coronavirus ne mette l'Europe à l'arrêt, a expliqué une source bancaire impliquée dans l'opération.

"La réaction positive des investisseurs nous a donné confiance quant au fait qu'il y aurait assez de demande pour l'opération à un prix raisonnable, même dans des circonstances exceptionnelles", a dit la source qui n'a pas souhaité être citée.

Les préparatifs se sont accélérés au cours des trois dernières semaines, avec des road-shows en ligne pendant 72 heures en lieu et place des habituelles deux semaines de réunions physiques en série dans des hôtels à travers le monde, ont dit deux sources au fait de l'opération.

Les "calls" se sont enchaînés avec la direction et les analystes sur Webex et d'autres plateformes de vidéoconférences, les conseils ayant mis en place des lignes dédiées pour que les investisseurs puissent se connecter.

La plus importante conférence téléphonique a réuni 150 investisseurs en ligne, a dit l'une des sources.

Si l'opération a été un succès, le nombre d'opérations dans les cartons va probablement demeurer limité, ont estimé les sources.

Seules les entreprises de grande taille, avec une présence dans plusieurs pays et une activité résistante à la crise actuelle, pourront probablement envisager une cotation de ce type, a estimé l'une des sources.

"C’est un signe positif. Pour autant, le marché reste très sélectif", a-t-elle dit.

(Avec Toby Sterling à Amsterdam, édité par Pamela Barbaglia et Henri-Pierre André)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS