L'iPhone 5 finalement peu séduisant pour les pros

Le nouveau smartphone d'Apple est paré pour un usage en entreprise ? "Non", répond une majorité d'analystes qui se dit plutôt déçue par l'iPhone 5. Peu innovant, le nouveau terminal n'est pas mieux adapté que son prédécesseur au marché professionnel où Apple devrait continuer de perdre des parts de marché face à Android.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'iPhone 5 finalement peu séduisant pour les pros

Comme attendu, l'iPhone 5 a été dévoilé hier soir par Tim Cook, le nouveau patron d'Apple. Principales nouveautés : le nouvel iPhone est plus léger, plus fin, plus puissant, dispose d'une autonomie améliorée et de fonctions plus évoluées côté photos. L'iPhone 5 est également désormais compatible avec la 4G LTE, mais pas avec les fréquences prévues en France.

Pour le reste, le nouveau smartphone d'Apple reprend quasiment le même design que son prédécesseur. Et contrairement à ce qui était attendu, il n'est toujours pas compatible avec la technologie NFC, utilisées notamment pour le paiement par mobile.

Le sentiment général est donc qu'Apple a mis à jour son iPhone plutôt que réalisé une nouvelle génération de terminaux. Dans ces conditions, l'iPhone 5 a-t-il des chances de séduire les professionnels, qui sont de plus en plus nombreux à se tourner vers Android ?

"L'iPhone 5 est une immense déception. L'innovation n'est clairement plus du côté d'Apple. Il n'apporte rien de réellement déterminant pour les professionnels, à part peut-être le gain en autonomie", estime Stéphane Dubreuil de SIA Conseil. "En tout cas, ce n'est pas avec ce nouveau modèle qu'Apple va rependre la main sur le plan technologique et commercial. Cette dynamique est désormais du côté d'Android et de Samsung."

Un avis partagé par le cabinet d'étude américain IDG Connect. "L'iPhone 5 n'est pas un smartphone adapté à un usage professionnel", estime son analyste Kathryn Cave. "Il n'y a pas de grandes différences avec son prédécesseur, qui n'était déjà pas l'outil idéal pour travailler". Elle préconise pour sa part les plateformes BlackBerry ou Windows Phone.

"L'iPhone 5 est un beau produit", tempère tout de même Jean-Baptiste Pecchi, directeur marketing de Futur Telecom, filiale de SFR dédiée aux TPE/PME. "Mais Apple n'est effectivement plus le leader technologique qu'il a été. L'une des forces d'Android est de proposer une large gamme de terminaux. Elle va de smartphones renforcés, comme le Motoral Defy Plus qui est waterproof et résistant à la poussière, au Samsung Galaxy S 3, le terminal le plus performant du marché. Une entreprise peut donc choisir des smartphones adaptés à ces différents profils de salariés, en ayant le même système pour tous ces équipements, ce qui va faciliter l'administration du parc."

L'administration de l'iPhone en retard sur ses concurrents ?

L'administration d'un parc d'iPhone serait aujourd'hui plus compliquée que celle de terminaux Android, Windows Phone ou même Blackberry. Et l'iPhone 5 ne change rien à cela. "Le nouveau smartphone d'Apple, même avec iOS6, n'apporte rien de nouveau côté sécurité et configuration des terminaux", explique un intégrateur français, spécialisé dans la mobilité, qui préfère garder l'anonymat. "On a le sentiment qu'Apple laisse le champ libre à Samsung ou même HTC qui, au contraire, font de gros efforts pour que leurs terminaux soient facilement déployés et administrés en entreprise."

Forrester ne partage cette opinion. "La grande majorité des DSI avec qui nous sommes en contact continuent de faire confiance à Apple, que ce soit au niveau de la sécurité, mais aussi concernant le support d'applications métiers grâce à des partenariats avec de grands éditeurs comme SAP ou même Microsoft", souligne Ted Schadler, vice-président et analyste principal du cabinet américain. "L'iPhone 5 continue sur cette voie avec des fonctions de sécurité améliorée", estime-t-il pour sa part.

iPhone 5 : ceci n'est pas une révolution

Pour SIA Conseil, Apple devait jouer la carte de l'innovation avec son iPhone 5 afin de faire face à la concurrence. Il aurait pu, par exemple, innover dans le domaine de la photo avec des fonctions de niveau professionneles. "Apple possède encore une bonne popularité sur le secteur de l'image. Pourquoi ne pas avoir par exemple facilité l'utilisation de véritables objectifs photos avec l'iPhone 5. Cela aurait peut-être intéressé certains professionnels utilisant régulièrement les fonctions photo de l'iPhone", poursuit Stéphane Dubreuil.

Le consultant déplore l'absence de la technologie NFC avec l'iPhone 5. Un choix étrange venant d'Apple, car bon nombre de smartphones haut de gamme concurrents, dont le Samsung Galaxy S3, intègrent la technologie NFC. Par ailleurs, il estime maladroit le choix de ne plus inclure Google Maps, mais une application de cartographie maison, baptisée simplement "Maps". "Cela est bien dommage car Google Maps est tout de même de meilleur niveau", conclut-il.

Selon le dernier baromètre de Futur Telecom, présentant le "top ten" des terminaux préférés des TPE/PME : Samsung arrive désormais devant Apple en France. Sur les 6 premiers mois 2012, la marque Samsung représente un peu plus de la moitié des ventes de l'opérateur (smartphone + tablettes) contre environ un quart pour Apple.

De son côté, une récente étude mondiale de Good Technology notait qu'au deuxième trimestre 2012 : l'OS de Google représentait 37% des activations de smartphones en entreprise, contre toujours 71% pour iOS. Mais l'OS d'Apple perd près de 10% par rapport au trimestre précédent, alors que celui d'Apple a vu son nombre d'activation doubler.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS