L'intersyndicale Petroplus Petit-Couronne appelle au boycott de Shell

La direction du siège francilien de Shell, l'ancien propriétaire de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, n'a pas souhaité recevoir l'intersyndicale dans un contexte social brûlant.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'intersyndicale Petroplus Petit-Couronne appelle au boycott de Shell

"Shell, le propriétaire historique de la raffinerie, se désengage socialement et environnementalement de ses responsabilités. La facture pour la dépollution du site sera de 500 millions d'euros à la charge de la collectivité et des contribuables, nous demandons donc à tous les citoyens de ne plus faire le plein d'essence, ni d'acheter d'huile de la marque Shell !", martèle l'intersyndicale CGT/CFDT/CFE-CGC de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne exploitée par la société PRPC, en Seine-Maritime.

Dès 10 heures ce 17 décembre, une délégation de salariés s'est rendue à Colombes, en région parisienne, afin de rencontrer la direction du pétrolier néerlandais Shell, propriétaire jusqu'en avril 2008 de la raffinerie normande. "Honteux ! Le PDG de Shell n'a pas de date pour nous recevoir avant janvier. Nous allons être son pire cauchemar", a rapporté Nicolas Vincent, porte-parole de l'intersyndicale sur son compte Twitter.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Estimant que Shell est responsable de l’arrêt de la raffinerie, l'intersyndicale avait annoncé le 13 décembre avoir bloqué le stock de propane de la compagnie pétrolière sur le site de Petit-Couronne.

Les syndicalistes de la raffinerie placée en liquidation judiciaire le 16 octobre, avancent le fait que Shell aurait pu accepter de prolonger de six mois le contrat de travail qui le lie à la raffinerie. Shell a accepté de prolonger le contrat de trois semaines uniquement, à partir du 15 décembre.

Devant le refus de la direction de Shell de recevoir leur délégation aujourd'hui, les membres de l'intersyndicale ont menacé de camper devant le siège du groupe pétrolier à compter du 28 décembre, rapporte le quotidien régional Paris-Normandie.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS