Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’Internet industriel des objets : une évolution naturelle.

Publié le

Publi-rédactionnel L’Internet des objets (IoT), qui n’était initialement qu’une solution technologique, est en train de devenir l’un des éléments clés de la transformation numérique des entreprises. Sur tous les marchés, les entreprises opérant leur transformation numérique utilisent les solutions IoT pour saisir les opportunités stratégiques et de transformation que l’intégration de la technologie IoT offre.

L’Internet industriel des objets : une évolution naturelle.

Les entreprises citées

L’Internet industriel des objets (IIoT) est souvent présenté comme une révolution bouleversant en profondeur le paysage industriel. Dans les faits, il s’agit d’une évolution dont les bases ont été jetées il y a plus de 15 ans par des fournisseurs d’automatismes visionnaires. Pour que les normes internationales requises entrent en vigueur et que l’IIot puisse déployer son plein potentiel, 15 années supplémentaires risquent d’être encore nécessaires. D’ici là, les changements apportés au secteur industriel seront considérables. Heureusement, les utilisateurs finaux et les constructeurs de machines peuvent désormais tirer parti de leurs investissements existants, réalisés dans la technologie et le personnel, tout en bénéficiant des nouvelles technologies IIoT disponibles. L’introduction de solutions IIoT basées sur une approche « envelopper et réutiliser » plutôt que « démonter et remplacer » permettra un meilleur contrôle de l’activité. Par ailleurs, cette approche mesurée permettra une évolution vers une entreprise de fabrication intelligente plus efficace, plus sûre et plus durable.
L’émergence de cette mégatendance que constitue l’IIoT a semé à la fois l’espoir et la confusion parmi les acteurs responsables de l’exploitation des usines industrielles. Les discours en vogue concernent essentiellement l’impact des progrès technologiques sur les plateformes d’automatisation existantes.

La compréhension du potentiel de l’IIoT se heurte toutefois à une difficulté de taille : son très large champ d’application. Dans le domaine du contrôle intelligent d’entreprises, par exemple, nous assisterons à l’apparition de machines et d’actifs auto-organisés permettant une personnalisation de masse et la fabrication de lots d’une unité. Dans celui de la gestion des performances des actifs, la collecte et l’analyse des données d’un nombre toujours plus grand de capteurs bon marché et intelligents augmenteront les performances de l’entreprise et le temps de disponibilité des actifs. Une nouvelle génération de travailleurs « augmentés » tirera parti des technologies de pointe et notamment des dispositifs mobiles et de la réalité augmentée. Grâce à un accès plus facile aux informations au sein de l’entreprise, leur travail sera simplifié tandis que les systèmes de production deviendront plus rentables.

Certains de ces changements pourront intervenir à court et moyen terme. D’autres nécessiteront une évolution progressive et l’ajout, par les utilisateurs finaux et les OEM, de fonctionnalités supplémentaires à leurs systèmes existants au fur et à mesure que de nouvelles normes internationales en matière d’IIoT seront établies.

Avec l’IIoT, les actifs connectés intelligents (les objets) font partie intégrante d’un système plus vaste ou de systèmes de systèmes formant l’entreprise de fabrication intelligente. Les « objets » possèdent différents niveaux de fonctionnalités intelligentes, de la détection et de l’actionnement simples au contrôle, à l’optimisation et au fonctionnement complètement autonome.

L’entreprise de fabrication intelligente est constituée de machines, d’usines et d’opérations intelligentes ayant toutes des niveaux d’intelligence supérieurs intégrés dans leur cœur. Les systèmes connectés sont basés sur des technologies cloud et Internet ouvertes et standard, permettant un accès sécurisé aux dispositifs et aux informations. Cela permet aux « Big Data », ou données massives, d’être traitées à l’aide de nouveaux outils d’analyse avancée et aux technologies mobiles, de générer une valeur ajoutée accrue, ce qui entraîne une amélioration de l’efficacité et de la rentabilité, un renforcement de la cybersécurité et de l’innovation ainsi qu’une meilleure gestion de la sécurité et des performances, avec une réduction de l’impact des émissions de CO2.
Si l’IIoT fait aujourd’hui l’objet d’une véritable frénésie, plusieurs raisons justifient qu’on le considère comme une évolution plutôt que comme une révolution. Les utilisateurs finaux ont investi des centaines de millions dans des systèmes de contrôle et d’automatisation industrielle et ne sont pas du tout disposés à investir à nouveau de telles sommes pour remplacer ces systèmes par de nouvelles technologies. Même si l’utilité d’une telle démarche était démontrée en vertu des avantages qu’offre l’IIoT, ceux-ci resteraient néanmoins rétifs au changement en raison du risque accru d’arrêts de production et des coûts associés.

Par ailleurs, des fournisseurs d’automatismes visionnaires tels que Schneider Electric et un certain nombre d’utilisateurs finaux travaillent sereinement à la mise en œuvre de l’IIoT depuis plus de 15 ans. Le concept de serveurs Web intégrés et l’utilisation d’Ethernet sous la forme d’un réseau de contrôle en temps réel permettant un accès « transparent » aux informations depuis n’importe quel endroit de l’entreprise ont été introduits pour la première fois sur le marché par Schneider Electric à la fin des années 1990. Présentés alors comme l’architecture « Transparent Factory » (usine transparente), ces concepts trouvent clairement écho dans l’histoire actuelle de l’IIoT.

Des progrès sont encore nécessaires dans le domaine de la normalisation pour pouvoir exploiter pleinement le potentiel de l’IIoT. Néanmoins, malgré le rythme d’adoption lent, l’impact de l’IIoT sur le secteur de la fabrication sera considérable. S’ils souhaitent rester compétitifs, les fournisseurs et les utilisateurs doivent commencer à intégrer les technologies IIoT dans leurs produits et leurs opérations. Heureusement, la maturité technologique est aujourd’hui telle que les entreprises peuvent désormais mettre en place des solutions IIoT en introduisant progressivement de nouvelles technologies qui feront évoluer leur infrastructure physique au fil du temps. Le coût des capteurs connectés est en train de baisser rapidement, les protocoles ouverts basés sur IP séduisent de plus en plus d’entreprises et l’adoption de solutions cloud se généralise. Des fournisseurs comme Schneider Electric possèdent l’expertise requise pour proposer aux entreprises de fabrication d’appliquer les technologies IIoT à leurs systèmes de production et les faire ainsi évoluer vers l’entreprise intelligente, qui est plus efficace, plus sûre et plus durable.

 

Contenu proposé par Schneider Electric

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle