Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L’intensité carbone des énergéticiens européens a baissé de 11% en 2016

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Selon la 16e édition de l’étude Facteur carbone de PwC, le rapport entre émission de CO2 et production d’électricité a baissé 10,9% en 2016 comparé à 2015 chez les énergéticiens européens alors que la production restait table.

L’intensité carbone des énergéticiens européens a baissé de 11% en 2016
En 2016, le rapport entre émission de CO2 et production d’électricité a baissé 10,9%.
© Guy Goreck - Flickr c.c.

C’est la plus forte baisse depuis 2001, et le début de l’étude facteur carbone de PwC. En 2016, le rapport entre émission de CO2 et production d’électricité a baissé 10,9%. Il est passé de 309 kg de CO2/MWh d’électricité produit en 2015 à 275 kgCO2/MWh. Au début de l’étude en 2001, il était de 366 kgCO2/MWh. Il avait grimpé à 377 en 2007 avant de décroitre progressivement avec un rebond en 2011 et 2012.

Une année 2016 atypique

Ce bon résultat en 2016 n’est une surprise que dans son intensité. "On n’a jamais observé un facteur de 10% depuis le début de l’étude", observe Olivier Muller, directeur du développement durable chez PwC. Elle n’était que de 2,4% en 2015. La baisse de 2016 est due pour 78% à la diminution de la part des sources d’énergie fortement carbonées et pour 22% à la hausse des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen des 23 énergéticiens du panel, explique l’étude.

Cette décarbonisation serait liée aux initiatives politiques des gouvernements européens, mais aussi à des raisons structurelles comme au Royaume-Uni ou en Allemagne où l’on a observé une baisse de l’utilisation du charbon dans la production énergétique due à un prix plus favorable du gaz. L'année 2017 pourrait ne pas être aussi bonne. "D’une manière générale et en maintenant les efforts fournis par l’ensemble du panel, les données de l’étude tendent à montrer que l’Europe est sur la bonne voie pour tenir l’objectif de 27% de part d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie d’ici 2030", analyse Olivier Muller.

EDF 5e Engie 11e

L’étude pointe aussi les bons et les mauvais élèves. Concernant les émissions de CO2, EDF, de loin le premier producteur européen, ne représente que le 5ème émetteur. Loin derrière, RWE est responsable à lui seul de 27% des émissions de CO2 du panel. Entre les deux, Enel, EPH et Engie complètent le Top 5. Rapporté à la production, EDF (72kgCO2/MWh), arrive 5e et Engie (299 kgCO2/MWh) 11e, le premier, le norvégien Statkraft affichant un facteur record de 12 kgCO2/MWh grâce notamment à sa production hydroélectrique.

Sans surprise, l’allemand RWE, gros utilisateur de charbon, se classe 21e sur 23 avec 709 kgCO2/MWh. Le dernier étant le grecque Dimósia Epichírisi Ilektrismoú (DEI) avec 950 kgCO2/MWh. Mais pour presque tous, à cinq exceptions près, le facteur carbone de 2016 est meilleur que ceux des deux années précédentes. Seuls CEZ, EnBW, PVO, Fortum et Statkraft, ont vu leur facteur carbone augmenter en 2016. Comme quoi, même les producteurs à 100% renouvelable doivent faire attention.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus