L’Institut Pasteur veut se mobiliser avec les industriels contre Ebola

Grâce à son réseau international, l’Institut Pasteur va mobiliser une "task force" pour accélérer le diagnostic et le développement de nouveaux traitements contre Ebola. Des contacts ont été pris avec des entreprises, nous confie son dirigeant.

Partager
L’Institut Pasteur veut se mobiliser avec les industriels contre Ebola

C’est lui qui, en mars dernier, a identifié l’apparition du virus Ebola en Guinée, à la demande de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Depuis six mois, l’Institut Pasteur, centre de recherche à but non lucratif spécialiste de la recherche en biologie, a déployé ses équipes et ses équipements en Afrique de l’Ouest pour aider les équipes locales à diagnostiquer les nouveaux cas.

Face à la gravité et à l’expansion de l’épidémie, l’Institut a décidé de mettre en place une "task force" qui fait appel aux meilleurs chercheurs de son réseau international de 32 structures, a annoncé Christian Bréchot, son directeur général, lors d’une conférence de presse organisée le mercredi 10 septembre.

"Le risque ? Aller trop vite"

Dans cette course contre la montre, l’Institut Pasteur n’entend pas limiter sa mobilisation au diagnostic. Aucun traitement ni vaccin n’a encore été cliniquement prouvé, mais l’OMS a appelé en fin de semaine dernière à accélérer les essais sur l’homme de quelques produits prometteurs. "L’Institut Pasteur doit être un acteur important pour contribuer à des essais cliniques, à des tests de diagnostic", estime Christian Bréchot.

L’institution va ainsi apporter son expertise pour mesurer la charge virale des personnes impliquées dans les différents tests qui vont être lancés en Afrique et en Angleterre, afin de mesurer l’efficacité des traitements et vaccins. Des tests sur le terrain indispensables pour le dirigeant : "Le risque, c’est d’aller trop vite".

QUATRE AXES DE TRAVAIL AVEC LES INDUSTRIELS

Interrogé par L’Usine Nouvelle, Christian Bréchot confie avoir été en contact direct avec de nombreux industriels à travers le monde. L’institut mène en effet ses propres recherches sur Ebola, avec notamment "un nouveau vaccin et de nouvelles approches de traitement", précise-t-il. Tout en appelant à la prudence : "Il va falloir un certain temps avant que ces recherche aboutissent". Quatre axes de travail ont été définis par l’Institut, qui pourraient faire l’objet de partenariats avec des industriels : sélectionner les anticorps capables de neutraliser le virus et trouver un moyen de les produire ; travailler sur de de nouveaux vaccins ; développer de nouvelles approches de traitements, capables de traiter le virus et la cellule qui l’héberge ; comprendre quels sont les moteurs d’évolution du virus afin d’établir de nouveaux tests de diagnostic.

Il faudra cependant faire face à une nouvelle difficulté : il vient d’être prouvé que le virus évolue rapidement. Or "la moindre mutation peut rendre un traitement inefficace", explique un chercheur. L’épidémie d’Ebola a déjà fait près de 2 300 morts, dont près de la moitié ces trois dernières semaines.

Gaëlle Fleitour

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé(e) de Certification Clients Agroalimentaires (F-X-H)

BUREAU VERITAS - 10/11/2022 - CDD - Cesson Sévigné

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

34 - La Grande-Motte

Fourniture de matériels de balisage en mer

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS