Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

L'institut aéronautique allemand DLR étudie la création d'un centre de recherche solaire au Maroc

, , , ,

Publié le

Ce centre de recherche qui pourrait être implanté à Ouarzazate viendrait en appui du plan solaire marocain piloté par l'agence MASEN.

L'institut aéronautique allemand DLR étudie la création d'un centre de recherche solaire au Maroc
Installation solaire CSP

Basé à Cologne, le DLR (Deutsches Zentrum für Luft-und Raumfahrt, "Centre allemand pour l'aéronautique et l'aérospatiale") est le principal institut allemand de recherche consacré à l'aéronautique mais il s'intéresse aussi à l'énergie. Il évalue la possibilité de créer un centre de recherche sur l'énergie solaire au Maroc indique-t-il dans un communiqué.

Ce projet se fait pour le compte de Masen, l'Agence marocaine de l'énergie solaire créée en 2010 pour piloter la feuille de route nationale qui prévoit d'atteindre 2 000 MW solaire d'ici à 2020. Masen compte parmi ses projets la création d'un centre de R&D sur ces technologies au Maroc pour développer des compétences locales.

Ce futur centre de recherche dont les contours restent à définir se pencherait notamment sur les aspects opérationnels de l'énergie solaire à concentration (CSP). Il s'agirait par exemple d'évaluer la validité de différents concepts ou équipements. Et de créer les conditions pour la constitution d'une "industrie solaire compétitive au Maroc".

La localisation du centre pourrait être à Ouarzazate, selon le communiqué de DLR. C'est là en effet que le gouvernement marocain a décidé de lancer la première phase du plan solaire marocain. Un projet CSP de 160 MW, dit Ouarzazate 1 est déjà en route mené par le groupe saoudien Acwa avec des partenaires espagnols. Les travaux ont commencé au mois de mai.

Les appels d'offre pour la phase 2, soit 300 MW sont déjà en route. Le coût total de cette deuxième phase inédite par sa taille dans le monde pour cette technologie peut être estimé de 1,5 à 2 milliards de dollars.

alimenter des usines de désalinisation 

Pour sa part, DLR dans le domaine aéronautique est un partenaire clé d'Airbus ou Eurocopter. Il mène dans le solaire des coopérations en Espagne avec le centre Cemiat d'Almeria. Ce dernier est l'une des principales plate-formes de recherche au monde sur les équipements CSP et autres tours solaires.

Le projet de DLR s'inscrit aussi dans le cadre plus large du programme à dominante allemande enerMENA piloté par DLR sur toute la zone Moyen-Orient, Afrique du Nord. 

Mais ce programme doit aujourd'hui se repositionner suite à la décision des principaux partenaires, essentiellement allemands là  encore, du gigantesque projet Desertec (dans lequel DLR était très impliqué) d'arrêter leur participation à celui-ci.

Concernant le Maroc, "l'Institut de recherche solaire du DLR développe un concept pour un centre de test dans lequel des pilotes et des démonstrateurs pourraient être évalués et aussi où des recherches pourraient être menées pour conduire vers des centrales solaires compétitives destinées à alimenter des usines de désalinisation au Maroc", indique le communiqué.

Pour le projet de centre de recherche, DLR pourrait par ailleurs bénéficier du soutien de la GIZ (Deutsche Gesellschaft fur Internationale Zusammenarbeit), l'agence de coopération internationale allemande pour le développement. Celle-ci participe à plusieurs projets dans les énergies renouvelables au Maroc, notamment le solaire comme sa consœur l'AFD (Agence française de développement).

L'AFD et la KfW (Banque allemande de développement) ont ainsi apporté avec la Banque européenne d'investissement (BEI) 345 millions d'euros de prêts dans le cadre de la phase 1 de Ouarzazate.

Dépendant totalement des importations en matière d'énergie fossile, le Maroc pour réduire sa lourde facture énergétique, mène aussi d'importants projets dans l'éolien et parallèlement à ceux-ci a relancé la prospection pétrolière, dans l'offshore notamment.

 

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle