Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

L'insertion professionnelle des jeunes ingénieurs progresse nettement en 2016

, , ,

Publié le

Le taux d’emploi s’améliore pour les jeunes ingénieurs diplômés à 68 %. Les rudes effets de la crise financière sont effacés. La proportion des CDI est en hausse sensible.

L'insertion professionnelle des jeunes ingénieurs progresse nettement en 2016 © Guittet Pascal Guittet Pascal

Les entreprises citées

L’inversion de la courbe du chômage vaut aussi pour les jeunes ingénieurs. De ce côté-là, cette population n’est pas la plus mal lotie. Selon la dernière étude annuelle « Insertion » de la conférence des grandes écoles, à peine trois ans après la fin de leur étude, les ingénieurs ne sont que 3,8 % à être encore demandeurs d’emploi.

Pour la période actuelle, selon Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec, « les perspectives sont toujours favorables sur le marché de l’emploi cadre : 55 % des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre au 4e trimestre 2016. C’est 4 points de plus qu’il y a un an à la même période ». Cette part est même de 60 % dans l’industrie. Le temps semble être à la reprise. Selon l’étude CGE, clôturée en mars, la proportion de chercheurs d’emploi chez les diplômés de 2015 était de 14,4 %, contre 16,6 % en glissement voilà un an, soit un recul de 2,2?points. Cette amélioration s’inscrit dans une tendance favorable, car suite à la crise financière de 2008 et avec un effet retard, le taux de chômage de jeunes ingénieurs fraîchement diplômés (année N+1) s’établissait à environ 20 %.

76,6% des jeunes dipômées en CDI

En termes de type d’activité, sur le total des diplômés de 2015, ce début d’année, 65,2 % étaient en activité professionnelle (63,8 % lors de l’enquête précédente), le solde, outre les chômeurs, se répartissant entre différents parcours (thèse, formation complémentaire, volontariat…). Point noir, le chômage des jeunes femmes reste plus élevé que celui des hommes de 2,2 points à 16,6 % pour les diplômées de 2015, quant aux salaires il affiche un différentiel négatif de l’ordre de 5 %.

Dans un monde, où l’on prédit régulièrement la fin du salariat, l’étude CGE apporte un élément contre-intuitif puisque cette année, 76,6 % des jeunes diplômés en emploi sont en CDI, un bond de 3,9 points en un an ! Enfin en matière qualitative pour les jeunes diplômés, le taux de satisfaction de leur job selon la CGE est très élevé, à 4,1 sur 5.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle