L'Insee révise la croissance à la hausse. L'Unedic au bord de l'implosion. L'électronique japonaise relève la tête. Le CE d'EDF rattrapé par la justice...

Partager

L'Insee révise la croissance à la hausse. Les comptes nationaux publiés hier ont enregistré une hausse de 0,5 % du PIB en 2003, contre 0,2 % initialement prévu. Cette révision de l'Institut national de la statistique a été entraînée par des performances au second semestre meilleures qu'attendues, relèvent Les Echos et La Tribune. Pour autant c'est la plus mauvaises année depuis 10 ans. Le pouvoir d'achat a quasiment stagné et les exportations ont reculé. L'Insee note par ailleurs une augmentation de la dette publique qui dépasse 63,7 % du produit intérieur brut.

L'Unedic au bord de l'implosion. L'organisme régissant l'indemnisation du chômage a tenu un bureau exceptionnel hier, afin d'examiner les conséquences de la réintégration des chômeurs "recalculés". Il se retrouve une fois de plus devant un déficit énorme, 7 milliards d'euros, qui pourrait se gonfler de 2 milliards supplémentaires avec les 600.000 demandeurs exclus par la dernière convention, observe Les Echos. Le statu quo est jugé intenable par les partenaires sociaux, patronat et syndicats, ceux-ci souhaitent renflouer les finances de l'organisme par une hausse des cotisations.

L'électronique japonaise relève la tête. Après plusieurs années noires, les nouveaux produits numériques, téléphones mobiles, lecteurs DVD, appareils photo ou écrans plats ont dopé les résultats des principaux fabricants nippons, note Les Echos, contribuant au passage au redressement de l'économie de l'archipel. Fujitsu et Sanyo sont sortis du rouge, Sharp, Toshiba et sans doute Masushita présentent des résultats en forte croissance, seul Sony déçoit un peu, avec un bénéfice en baisse d'un quart, en raison des charges liées à son plan de restructuration et à des pertes au dernier trimestre, remarque le Wall Street Journal. Il affiche néanmoins un résultat net autour de 850 millions d'euros et pense améliorer sa rentabilité.

Le CE d'EDF rattrapé par la justice. Dans le cadre de l'enquête sur des malversations présumées à la CCAS, le comité d'entreprise d'EDF-GDF, les juges du pôle financier et des policiers ont perquisitionné hier dans neuf sites du CE le plus riche de France, environ 400 millions d'euros, révèle Les Echos. La CGT, qui gère la Caisse centrale d'activités sociales, employant 3.700 permanents, est soupçonnée d'irrégularités dans les passations de marchés, d'emplois fictifs et de financements occultes. A la suite de plaintes d'anciens salariés, une informations judiciaire est ouverte pour abus de confiance, escroquerie, faux et usages de faux.

Alstom, Siemens en embuscade. Selon le gouvernement l'avenir industriel du groupe français, spécialisé dans les transports et l'énergie, passe toujours par l'adossement à un ou plusieurs industriels. Après les problèmes de refinancement à peu près réglés, plusieurs schémas industriels sont étudiés, rapporte La Tribune. Areva spécialiste du nucléaire, dirigé par Anne Lauvergeon, pourrait être poussé par l'Etat à prendre un véritable rôle d'opérateur industriel. Mais le conglomérat allemand Siemens pourrait également être invité au tour de table. Le sujet doit être abordé très prochainement entre le ministre de l'Economie et des Finances et le commissaire européen à la concurrence.

La vente d'Editis aiguise les appétits. Les consultations sociales vont s'achever demain avec les CE de Larousse et Armand Colin, ouvrant la voie à la mise en vente officielle des 60 % d'Editis, que le groupe Lagardère ne peut conserver sans enfreindre les règles de la concurrence européenne. Les actifs de l'ex-pôle édition de Vivendi, Bordaz, Nathan, Le Robert, le livre de poche, Plon ou Robert Laffont entre-autre, intéressent bon nombre de prétendants, souligne La Tribune. Des éditeurs comme media Participations ou Gallimard, des Holding comme Wendel Investissement, mais également des fonds comme Eurazeo ou PAI sont sur les rangs, sous réserve que les autorités bruxelloises n'opposent pas leur veto.

Une nouvelle commande pour airbus ? La nouvelle compagnie low-cost Virgin US lancée aux Etats-Unis par le britannique Richard Branson, serait sur le point d'annoncer une commande de 30 airbus à l'avionneur européen,selon le Financial Times. Celle-ci porterait sur des modèles A319 et A320, dont une partie sera peut-être en location. Le montant du contrat atteindrait 1,3 milliard d'euros.


Didier RAGU

A demain !


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS