L'Insee confirme la stagnation du PIB au 2e trimestre

PARIS (Reuters) - L'Insee a confirmé mercredi la stagnation du produit intérieur brut (PIB) de la France au deuxième trimestre après une croissance de 0,9% sur les trois premiers mois de l'année.

Partager

L'acquis de croissance à fin juin a néanmoins été révisé en légère hausse, à 1,5% contre 1,4% annoncé 13 août.

Le détail des comptes nationaux trimestriels confirme entre autres une baisse de 0,7% de la consommation des ménages sur avril-juin, après une hausse de 0,4% sur janvier-mars.

L'investissement total a été révisé en baisse et s'affiche désormais en progression de 0,6%, contre +0,9% annoncé initialement, après +1,2% au trimestre précédent. Celui des ménages a progressé de 1,3% (+1,4% en première estimation) sur la période avril-juin tandis que celui des entreprises non financières augmentait de 0,3%.

"Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) contribue négativement à l'évolution du PIB ce trimestre (-0,3 point après +0,5 point au premier trimestre", précise l'Insee dans un communiqué.

Les variations de stocks n'ont pas contribué à la variation du PIB tandis que le commerce extérieur y contribuait positivement (+0,3 point après -0,5 point).

Les exportations sont restées stables sur le trimestre et les importations ont diminué de 0,9%, précise l'Insee.

Les chiffres révisés montrent aussi une accélération du pouvoir d'achat du revenu disponible brut des ménages, en hausse de 0,6% au deuxième trimestre après +0,2% sur les trois mois précédents.

Le taux d'épargne des ménages a parallèlement augmenté de 1,1 point à 17,0%, son plus haut niveau depuis le troisième trimestre 2009.

Le taux de marge des sociétés non-financières a lui reculé de 0,9 point, à 28,9% au deuxième trimestre après 29,8% au premier.

Marc Angrand

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS