Economie

L'initiative de croissance sur les rails

Publié le

L'Union européenne a adopté vendredi un important plan de relance, baptisé « initiative de croissance ». Destiné à relancer la croissance en Europe et créer des emplois, le programme doit marier investissements publics et privés dans le domaine des transports, de l'énergie ou de la recherche.

Une initiative lancée en septembre par la France et l'Allemagne pour dynamiser une économie européenne au bord de la récession à l'entrée de l'automne.

Bruxelles a retenu 56 projets « à démarrage rapide » dans les grandes infrastructures de transport, les réseaux de télécommunications et d'énergie, mais aussi des grands programmes de recherche. Dans le détail des 56 chantiers transfrontaliers, on en dénombre 31 dans le secteur des transports, 17 dans le domaine de l'énergie et 8 dans la communication, la recherche et le développement. Parmi les projets retenus pour la France figurent la liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin, le TGV Est ou encore le lancement de fusées russes Soyouz depuis la base de Kourou. Retenus également, dans les transports, la ligne TGV Madrid-Porto ou le franchissement du Rhin, près de Strasbourg, pour relier les réseaux TGV allemand et français.

Dans l'énergie : de nombreux projets d'interconnexion de réseaux électriques nationaux ou la construction de gazoducs entre l'Algérie, l'Espagne et la France, l'Italie et la Grèce. Dans la recherche enfin : le financement de projets dans les nanotechnologies, l'utilisation énergétique de l'hydrogène ou l'accès à l'Internet rapide pour les régions les plus reculées de l'Union.

Les investissements s'élèveront à 38 milliards d'euros dans les transports, 10 milliards dans l'énergie et 14 milliards pour la recherche et le développement. Soit une enveloppe totale de 62 milliards d'euros d'ici 2010. Les projets seront financés par la Banque européenne d'investissement (BEI), l'Union européenne elle-même, les Etats membres et des fonds privés. Le seul montant de l'intervention de la BEI est évalué entre 40 et 50 milliards d'euros d'ici 2010. Le financement communautaire pourra aller jusqu'à 20 % dans les projets d'infrastructures de transports.

Le relevé de conclusions du conseil européen précise que la liste pourra être complétée le cas échéant par d'autres projets en mars 2004. La Commission et la BEI évalueront à la fin 2007 les effets de ce programme sur la croissance.

JMM

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte