Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’ingénierie française en danger à cause du manque d’ingénieurs et de techniciens

Marine Protais ,

Publié le

Les sociétés d’ingénierie sont en pleine croissance, mais elles manquent cruellement de bras. 60 000 postes par an seront à pourvoir jusqu’en 2021 selon une étude de l’observatoire Opiiec et d’EY.

L’ingénierie française en danger à cause du manque d’ingénieurs et de techniciens
L'ingénierie créera 9 000 emplois nets par an.

60 000, c’est le nombre de personnes que le secteur de l’ingénierie recrutera chaque année jusqu’en 2021, selon une étude réalisée par le cabinet EY pour l’OPIIEC (Observatoire paritaire des métiers du numérique et de l’ingénierie) publiée jeudi 24 janvier. Quelque 9 000 emplois nets annuels seront créés. A condition que ces postes soient pourvus. Car le secteur peine à recruter.  Le sous-effectif structurel est de l’ordre de 4 %. Et cela coûte cher aux entreprises. Le manque à gagner de cette tension sur l'emploi est évalué entre

500 millions et un milliard d’euros.

"Si nous ne faisons pas ces 60 000 recrutements, on met la filière en risque", a alerté Pierre Verzat, le président du Syntec Ingénierie, lors de la cérémonie des vœux de la fédération le 24 janvier. "Pour l’instant [les entreprises] arrivent à maintenir une dynamique positive – ce qui est tout de même une prouesse ! -, cela ne pourra pas durer éternellement. Pour répondre efficacement aux besoins des grands projets qui redessinent nos territoires, à savoir le Grand Paris, la rénovation du réseau ferré, le plan France haut débit ou encore le grand carénage nucléaire, elles auront besoin de recruter ces collaborateurs", a-t-il ensuite développé dans un communiqué.

L’Opiiec et le cabinet EY ont identifié les huit métiers les plus en tension dans la filière. On retrouve des profils traditionnels, comme conducteur de travaux et ingénieur procédé, mais aussi et surtout des métiers numériques, tels data scientist, expert cybersécurité, BIM manager, architecte internet des objets. 

Manque de techniciens

L’industrie manque d’ingénieur, mais aussi de techniciens. Dans certains secteurs comme l’agro-alimentaire, les télécommunications ou le bâtiment, la moitié des postes à pourvoir sont de niveau technicien. La tension serait même plus importante sur ces emplois selon l'étude.

"Les entreprises ont tout intérêt à recruter davantage de techniciens. Pour certains postes, un profil de technicien suffit. Pas besoin de recruter un ingénieur. Et cela représente une économie de 600 à 800 euros brut, donc environ 1 000 euros avec les charges. Soit 12 000 euros par an", calcule le consultant. De quoi faire progresser les marges, qui ont tendance à se tasser dans le secteur. Car les prix des prestations augmentent trois fois moins vite que les salaires.

Outre le manque d’ingénieurs et de techniciens sur le marché, les profils disponibles ne correspondent pas toujours à la demande. "Le problème est aussi que les formations ne sont pas adaptées", souligne Pierre Verzat. "En France on apprend à fabriquer de nouveaux équipements, alors qu’une grande partie de notre métier consiste à maintenir l’existant."

Rendre l'ingénierie "Attractive"

Pour recruter, le président du Syntec Ingénierie estime qu’il faut rendre l’ingénierie "plus attractive" en particulier auprès des jeunes et des femmes. Les sociétés d’ingénierie ont déjà commencé leur opération séduction auprès des jeunes diplômés, misant sur l’organisation de tournois de Esport ou d’escape games. Le Syntec Ingénierie publiera de son côté une BD intitulé « Moi, ingénieur » afin d’expliquer le métier de manière ludique. La fédération songe également à l’élaboration d’un film et à nommer des ambassadeurs de l’ingénierie…

Réagir à cet article

8 commentaires

Nom profil

29/01/2019 - 20h58 -

Pouvoir avoir fait le cycle prepa + école je crois pouvoir me permettre de donner mon avis. Le problème est reconnu à moitié, à savoir que oui les jeunes ingés font du taff de techniciens pour une bonne partie. Je me suis retrouvé en système embarqué à devoir debugger et rajouter des fonction à un appareil vieux de 20anx, ce qu'un raspberry pi pouvait faire plus économiquement et facilement. Tous ça parce qu'il y a des vieux croûtons qui ne comprennent pas le secteur qu'ils sont censer diriger et qui sont là pour s'en mettre plein les poches et tant pis la France ! Du coup je me suis mis en Freelance et je me suis cassé à l'étranger car on me faisait comprendre que 35k€ c'est decent. J'ai pas bosser 5 ans après le bac avec 2 années de prepa démoralisantes pour entendre ce bullshit. Donc ciao débrouiller vous. Et du coup jincite mes petits frères à faire pareil, passer freelance si ils font les radins aller voir ailleurs.
Répondre au commentaire
Nom profil

29/01/2019 - 11h39 -

En même temps si l'état diminuait les charges sur l'emploi et que les patrons au lieu de s'enrichir payaient un peu plus les gens n'auraient pas peur d'aller dans leurs boîtes. Pis même si on est pas issu d'une famille riche les études on doit vite les quitter. J'en suis un parfait exemple vivre dans une grande ville en tant qu'étudiant est très difficile seul. Travailler plus étudier c'est aussi très difficile y a forcément un impact quelque part. Pis soit disant les diplômes sont fait en fonctions des attentes des entreprises. A la fin de mon BTS rarement je me suis servie de ce que j'ai vu en cours. La France va dans une mauvaise direction.
Répondre au commentaire
Nom profil

29/01/2019 - 03h39 -

Si les "sociétés d'ingénierie" = sociétés d'intérim arrêtaient d'exploiter les ingénieurs depuis plus de 30 ans on n'en serait pas là. Il est évident qu'il n'y a pas de chômage chez les ingénieurs puisqu'ils acceptent des missions mal payées et une instabilité de travail totale. Si on soumettait les autres professions au même régime cela ferait bien longtemps que le chômage aurait disparu en France. On a multiplié les formations d'ingénieurs en France pour faire baisser les salaires de façon extrêmement importante. Et c'est ce qui va aussi se passer maintenant pour les médecins avec la suppression du numerus clausus. Pour ma part je déconseillerai fortement à mes enfants de choisir cette profession. Que les grands groupes se débrouillent seuls pour faire tourner leurs usines. Ils ont réussi en quelques dizaines d'années a dévaloriser totalement une profession qui était pourtant au départ très intéressante. C'est dommage.
Répondre au commentaire
Nom profil

29/01/2019 - 03h24 -

Il faut juste dire merci Macron et Benjamin Netanyahou
Répondre au commentaire
Nom profil

29/01/2019 - 01h46 -

J'aimerai bien me former dans la cyber sécurité mais pour ça je dois retourner à l'école 5 ans, se former n'est plus gratuit passé 25 ans.
Répondre au commentaire
Nom profil

28/01/2019 - 21h27 -

Parce que la France est un pays diriger par des cons car je suis ingénieur en instance de demande d'asile depuis bientôt 2 ans sans même passer par l'Ofpra mais mes compétences sont là juste une mise à niveau. Mais l'Offi préfère me donner 153€ par mois pour vivre avec au lieu de me donner de papiers pour pouvoir travailler soit carrément donner le droit de travail aux compétents demandeur d'asile. Merci 0758401985
Répondre au commentaire
Nom profil

28/01/2019 - 14h49 -

Le fameux syntec qui répète les mêmes bêtises depuis plus de 15 ans. Il y'a pleins d'ingénieurs de disponibles, mais ceux ci coûtent trop chers selon les sociétés de services . En réalité, leur coût n'est pas prohibitif, mais Ils ne permettent pas a ces entrprises de se goinfrer en marges autant qu'avec des jeunes ingés flexibles.
Répondre au commentaire
Nom profil

28/01/2019 - 12h27 -

Avec la nouvelle réforme les élèves perdent 5h par semaine de sciences de l'ingénieur pendant deux ans. Je suis désolé mais cela ne va pas dans le bon sens En même temps peu d'hommes politiques savent comment sont formés nos ingénieurs.
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle