L'industrie vue du ciel s’expose au jardin du Luxembourg

Christine Kerdellant - Directrice de la rédaction ,

Publié le

Images Du 14 mars au 14 juillet 2020, l'industrie française s'affiche sur les grilles du Jardin du Luxembourg près du Sénat à Paris.

L'industrie vue du ciel s’expose au jardin du Luxembourg
Quelques jours avant un défilé du 14 juillet, un Rafale s'entraîne à survoler l'Arc de Triomphe à Paris.

L'industrie en pleine reconquête s’expose dans Paris grâce à "L’Usine Nouvelle" ! Si vous ne devez voir qu’une exposition en 2020, ne manquez pas celle-là. Du 14 mars au 14 juillet, 80 photos extraordinaires s’affichent sur les grilles du jardin du Luxembourg, dans le VIe arrondissement de Paris. L’objectif de cette manifestation gratuite et de plein air ? Changer le regard du grand public et des jeunes sur l’industrie afin de donner aux talents de tous âges et de toutes origines l’envie de se lancer dans l’aventure industrielle. Une vingtaine de clichés ont déjà fait en 2019 un tour de France des écoles d’ingénieurs (Epita, Isae-SupAero, UTC, Centrale Nantes, Mines Paris, Télécom Paris).

L’exposition parisienne est donc la dernière étape, en apothéose. Elle démarre de la rue de Médicis, sur le flanc nord-est du jardin, et se poursuit en longeant les grilles jusqu’à la rue de Vaugirard. Cet emplacement est sans doute la plus belle vitrine qui soit en France, le plus bel écrin et le mieux placé lorsque l’on veut toucher des étudiants. Le Sénat le met à disposition deux fois par an (de mars à juillet et d’octobre à décembre), en organisant un concours destiné à départager plusieurs dizaines de candidats, jugés en fonction de la qualité esthétique et éditoriale de leur proposition. Nous avons postulé en décembre 2017, avec "L’industrie vue du ciel ", et remporté le concours pour la première période, en 2020. Six partenaires, Bombardier, Dassault Aviation, Orano, RTE, Saint-Gobain et SNCF Réseau, nous ont soutenus dans cette aventure afin de nous aider à financer la production des photos, leur impression sur des panneaux géants et les coûts d’installation sur les grilles du jardin du Luxembourg et au sein des écoles d’ingénieurs. Les plus grands photographes ont participé à notre projet.

Donner envie aux jeunes

Depuis trois ans, l’industrie a recommencé à ouvrir davantage de sites qu’elle n’en ferme et à recruter beaucoup plus de salariés qu’elle n’en laisse partir. Mais elle n’attire pas encore assez de jeunes, alors qu’elle peut leur offrir des postes épanouissants et bien rémunérés. La génération Z et les millennials recherchent une mission qui ait un sens, ils souhaitent produire du concret et cultiver des valeurs humaines. Tout cela, l’industrie peut le leur offrir. Pourtant, les clichés ont la vie dure – et les nôtres sont là pour les combattre ! Cette exposition montre que la représentation des usines bruyantes, sales et polluantes n’a plus cours depuis bien longtemps en France. Aujourd’hui, comme aime à le dire le président de l’Alliance industrie du futur, Bruno Grandjean, qui est à l’origine de "L’Usine extraordinaire", une autre initiative destinée aux jeunes, on pourrait "manger par terre" dans l’immense majorité des usines, où la poussière et le cambouis ont disparu pour laisser place aux tablettes et aux chariots à guidage automatique...

"L’industrie vue du ciel" exalte le côté glamour de l’industrie. Trois avions de Dassault au-dessus de la Méditerranée, les fûts d’Orano en alignement graphique et coloré, les lignards de RTE juchés sur des pylônes au milieu des montagnes enneigées, l’intriguant travail sur les bogies des experts de Bombardier, la pyramide du Louvre et ses immenses panneaux de verre Saint-Gobain, le ballet des grues de SNCF Réseau... Le regard ne sait où s’arrêter tant ces photos surprennent, interpellent, ravissent. Qu’il s’agisse du viaduc de Millau survolé par des oies sauvages ou des panneaux solaires à perte de vue semblables à un jeu de dominos, nous avons voulu montrer soit des réalisations de l’industrie, soit des sites de production industrielle, en France ou appartenant à des entreprises françaises.

Conçue par l'architecte Ieoh Ming Pei, a pyramide du Louvre, à Paris, est réalisée avec du verre Saint-Gobain. (photo Philippe Guignard / Air Images)

En respectant un principe simple : la prise de vue devait être réalisée en plongée, c’est-à-dire au-dessus du sujet à photographier. Nous avons également organisé un concours ouvert à nos lecteurs, aux jeunes ingénieurs et aux salariés de l’industrie. La photo gagnante, celle de ­Christophe Dubois sur l’usine Henry Recyclage, à Saint-Aubin-lès-Elbeuf, en Seine-Maritime, fait partie des clichés exposés.

Un nouveau regard

Ces images, reproduites sur des panneaux de 1,80 x 1,20 m, ont été réalisées de diverses manières : depuis un hélicoptère (notamment ceux de Yann Arthus-Bertrand) ou un avion, avec un drone, mais aussi à partir d’un pont, d’une cheminée ou simplement de la mezzanine d’une usine... Chaque fois, c’est un nouveau regard porté sur le plastique, la métallurgie, les chariots élévateurs, les automobiles ou les éoliennes. Un regard qui fait comprendre que nos usines et ce qu’elles produisent ont bien des attraits. Un regard qui explique que les soudeurs ou les ingénieurs soient souvent émerveillés par ce qu’ils font. Faire revenir massivement les jeunes vers cet univers industriel qui a retrouvé son allant n’est plus un rêve, c’est un objectif à portée de main. Car les défis d’aujourd’hui passent tous par l’industrie. Ils supposent tous une industrie forte. Le sauvetage de la planète passe par la technologie, il ne se fera pas sans l’industrie.

Les entreprises françaises ont commencé à reconstituer leurs marges, les investissements de ces dernières années leur ont permis de repartir de l’avant, les pouvoirs publics ont compris que la compétitivité des usines supposait de ne pas alourdir leurs fardeaux socio-fiscaux. Y a-t-il un meilleur moment pour achever la reconquête des cœurs et des esprits ? En 2020, l’industrie offre aux jeunes des missions formidables. Elle est au rendez-vous des grands enjeux du XXIe siècle : transition écologique, nouvelles mobilités, transformation numérique. Elle donne toute sa place à l’humain et met en exergue ses qualités en lui permettant de s’emparer des outils de la technologie : internet des objets, réalité augmentée et réalité virtuelle, maintenance prédictive, impression 3D, intelligence artificielle... Notre industrie exporte dans le monde entier et, en France, participe à la cohésion nationale grâce à son implantation dans les territoires. Tout cela se comprend à hauteur d’homme et se magnifie vu du ciel.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte